preloader

Article

Côte d’Ivoire : 250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan.
Côte d’Ivoire : 250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan.

Côte d’Ivoire : 250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan.

ImageNewsGet
250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan
250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan_1
250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan_2
250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan_3
250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan_4
250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan_5
250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan_6
250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan_7
250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan_8
250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan_9
250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan_10

Côte d’Ivoire : 250 000 tonnes de thon traités par an au port d’Abidjan.

Le Port autonome d’Abidjan (PAA), l’un des grands ports d’Afrique de l’Ouest doté d’un terminal de pêche occupant environ 200 000 mde terre-plein sous douane, traite annuellement 600 mille tonnes de produits de mer, dont près de 250 000 tonnes de thon.

En effet, la Côte d’Ivoire est le 2ème exportateur mondial de thon après le Japon. C’est le 1er produit halieutique d’exportation du pays qui génère environ 460 milliards FCA de recettes annuellement.

Le thon est prisé en Côte d’Ivoire dans les habitudes de consommation du Garba (semoule de manioc au thon frit) par les ivoiriens.

Le port de pêche d’Abidjan est doté d’entrepôts frigorifiques, d’une main-d’œuvre dockers performante, d’une unité de fabrique de glace avec une capacité de 130 tonnes par jour.

En outre, Il dispose de 3 grandes conserveries produisant environ 60 000 tonnes de boîtes de conserves et emploient environ 3 000 personnes.

Une quinzaine de sociétés agréées en qualité d’importateurs interviennent dans le secteur et s’appuient sur un réseau d’entrepôts frigorifiques d’environ 70 000 tonnes de capacité de stockage.

En vue de permettre au port de Pêche de continuer à assurer l’accueil des navires et favoriser le transit des produits de mer dans des conditions optimales de sécurité et de célérité, une réhabilitation est envisagée par les autorités.

Elle prévoit entre autres, la construction et l’équipement d’un môle de 450 mètres de long et 160 mètres de large avec un tirant d’eau (profondeur à partir de la surface de l’eau) de 8 à 10 mètres.

A terme, le port de pêche sera capable d’accueillir tous types de navires de pêche, puis améliorer les conditions de travail des opérateurs du secteur et disposer d’espaces supplémentaires pour l’implantation d’industries modernes.

Soulignons que le port de pêche se subdivise en deux zones, à savoir la zone de pêche industrielle réservée à la flotte étrangère, bénéficiant de 1 110 mètres de quai et une capacité de 15 navires en opérations commerciales simultanées.

Puis, une zone de pêche fraîche allouée à la pêche locale avec 412 mètres de quai.

Narcisse Angan