preloader

Article

Affaire « faux-thon » : mareyeurs et industriels saluent les décisions courageuses du gouvernement.
Affaire « faux-thon » : mareyeurs et industriels saluent les décisions courageuses du gouvernement.

Affaire « faux-thon » : mareyeurs et industriels saluent les décisions courageuses du gouvernement.

3686713d4d7842cba6b1605f4565169e
741c413b2b6849f7b6ad5f9f83e66fea
00a5f684ce384a39bdb61af10b6ca13e
873ce3568a7f4751879858d79ea5c40b

Affaire « faux-thon » : mareyeurs et industriels saluent les décisions courageuses du gouvernement.

Le ministre des ressources animales et halieutiques, Sidi Tiémoko Touré et son homologue du commerce et de l’industrie, Souleymane Diarrassouba ont co-signé un arrêté interministériel le 7 février dernier.

Cet arrêté porte sur la définition de la notion du « faux-thon » ou « poisson garba ».

Un acte salué par les acteurs de ce secteur d’activité pour qui, cet acte est la preuve que l’Etat de Côte d’Ivoire a décidé de mettre définitivement fin aux spéculations autour de ce produit.

Tous ceux qui espéraient une marche en arrière de l’Etat de Côte d’Ivoire après le décret portant plafonnement du prix du « faux-thon » ou « poisson garba » doivent déchanter.

Car pour éviter toute polémique et afin de mieux appliquer le plafonnement des prix et donner à ce produit la valeur qui est la sienne, le gouvernement, à travers le ministère des ressources animales et halieutiques et le ministère du commerce et de l’industrie, a produit un arrêté portant « définition de la notion de faux-thon ou poisson garba ».

Désormais, est désigné « faux-thon » les espèces thonidés majeurs congelés non sélectionnées ou rejetées par les conserveries locales pour un défaut de calibrage ou de qualité à l’issue des contrôles en usines.

Les espèces dites accessoires, autres que des thonidés majeurs, y compris les thons mineurs non ciblés, mais capturés par les thoniers senneurs, conservées et débarquées au port ».

Cette disposition met ainsi fin à la concurrence déloyale que certains mareyeurs véreux imposent aux usines et conserveries.

De quoi satisfaire les responsables de l’usine AIRONE Côte d’Ivoire.

Dans un courrier en date du 10 février 2022, AIRONE Côte d’Ivoire a salué la position courageuse du ministre Sidi Touré.

« Votre analyse et compréhension du dossier, en collaboration avec votre collègue du commerce vous ont permis de prendre les bonnes décisions tant par la règlementation des prix que par la définition claire de la notion de « faux-thon ».

Cette décision, comme vous pouvez l’imaginer, règle le problème de l’approvisionnement des matières premières des industriels et soulage la population par l’encadrement du prix du garba », a salué Sergio TOMMASINI, PDG de AIRONE Côte d’Ivoire.

Et de promettre « Nous sommes disponibles à travailler avec vous et vos collaborateurs, dans l’optique d’améliorer la situation en gardant à l’esprit les intérêts de la Côte d’Ivoire et ceux de nos travailleurs ».

Du coté des mareyeurs grossistes, c’est le même sentiment de satisfaction qu’ils expriment. Comme le prouve le courrier du 9 février 2022 du Groupement des Mareyeurs Grossistes au Faux Thon (GMGFT) à travers lequel ils expriment leur reconnaissance au ministre des ressources animales et halieutiques, au ministre du commerce et de l’industrie, au premier ministre et au président de la République.

« Nous exprimons notre soutien indéfectible à SEM le Président de la République de Côte d’Ivoire pour sa vision en ce qui concerne la lutte contre la vie chère et de la préservation du panier de la ménagère.

Dans cette optique, notre groupement se tient à ses côtés pour l’accompagner dans la réalisation et l’aboutissement de la mise en œuvre desdites mesures pour le plus grand bonheur des populations ivoiriennes », promettent M. Jérôme ANOH et ses amis du GMGFT.

Le combat pour mettre de l’ordre dans la commercialisation du « faux-thon » ou « poisson garba » a été long et difficile.

Pendant deux bonnes décennies, les mareyeurs au sein du GMGFT, ont porté ce dossier à bras le corps.

Aujourd’hui, cette lutte est en train de donner ses fruits grâce à la persévérance d’un groupe de mareyeurs qui ont compris qu’en mettant de l’ordre, ce secteur pourra générer plusieurs emplois pour la jeunesse.

Mais ce combat a pu aboutir parce que le gouvernement ivoirien, à travers les ministères spécialisés, a fait une analyse profonde du dossier pour le comprendre et le traiter.

Les décisions courageuses qui ont été prises à travers le plafonnement du prix et la définition claire de la notion de « faux-thon » montre aujourd’hui l’intérêt que les nouveaux gouvernants ivoiriens portent pour leur peuple.

Eugène YOBOUET