preloader

DESARMEMENT, DEMOBILISATION ET REINTEGRATION (DDR)

Un exemple en matière de désarmement, démobilisation et réintégration
Un exemple à prendre en compte en matière de désarmement, démobilisation et réintégration
Un exemple en matière de désarmement, démobilisation et réintégration

“Désarmement Désengagement et Réinsertion” :  – La Côte d’Ivoire partage son expérience à l’ONU

Le DESARMEMENT, DEMOBILISATION ET REINTEGRATION (DDR).

Lors d'une table ronde de haut niveau organisée au siège de l'ONU à New York, Mme Nakamitsu a souligné que le DDR est devenu partie intégrante des opérations de paix à travers le monde, en mettant en exergue l'exemple de la Côte d'Ivoire.

Pour réussir, le DDR doit être adapté au cadre politique global afin de résoudre le conflit. Pour être durable, il faut tenir compte des opérations concurrentes de sécurité et de stabilisation, y compris les réformes du secteur de la sécurité ainsi que la réinsertion à long terme et multidimensionnelle des anciens combattants.
« La réintégration doit veiller à ce que les griefs politiques, économiques et sociaux des anciens combattants soient bien pris en compte, sinon cela peut nuire de manière significative aux efforts de DDR et au processus de paix en tant que tel », a déclaré M. Kontogeorgos, ajoutant que « les initiatives de DDR ne peuvent être soutenues si elles ne sont pas appuées par des programmes de réinsertion à long terme bien financés pour les ex-combattants ».

Des progrès enregistrés dans le processus DDR et le foncier, selon le Rapporteur spécial de l'ONU

Une politique globale afin de réussir le DDR.

Pour réussir, le DDR doit être adapté au cadre politique global afin de résoudre le conflit. Pour être durable, il faut tenir compte des opérations concurrentes de sécurité et de stabilisation, y compris les réformes du secteur de la sécurité ainsi que la réinsertion à long terme et multidimensionnelle des anciens combattants.
La volonté politique au plus haut niveau, un financement adéquat et la prise en compte des griefs politiques économiques et sociaux des ex-combattants figurent parmi les éléments clefs de la réussite du DDR, a souligné Thomas Kontogeorgos, chef de la section DDR des opérations de maintien de la paix , au nom du Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix chargé de l'état de droit et des institutions de sécurité, Alexander Zuev.
« La réintégration doit veiller à ce que les griefs politiques, économiques et sociaux des anciens combattants soient bien pris en compte, sinon cela peut nuire de manière significative aux efforts de DDR et au processus de paix en tant que tel », a déclaré M. Kontogeorgos, ajoutant que « les initiatives de DDR ne peuvent être soutenues si elles ne sont pas appuées par des programmes de réinsertion à long terme bien financés pour les ex-combattants ».

La sécurité en Côte d’Ivoire : Un bilan du DDR

Comme dans de nombreux pays en post-conflit, le DDR (Désarmement, Démobilisation, Réinsertion) en Côte d’Ivoire s’est avéré un processus long et délicat, au moins jusqu’à la mise en place d’une agence unique : l’ADRR (Autorité pour le Désarmement, Démobilisation, Réinsertion).
Cette dernière a rendu possible le succès du DDR avec le désarmement de 69 506 combattants (sur une liste totale de 74 000 ex-combattants), dont plus de 80 % ont déjà été réintégrés ou sont en passe de l’être. Conséquence de son succès, l’ADRR a été dissoute pour laisser la place à une Cellule de Coordination, de Suivi et de Réinsertion (CCSR). Désormais, aucun ancien combattant ne peut légalement porter d’armes. Comment les Ivoiriens ont-ils su faire fonctionner le DDR ? Ce succès est-il durable ? Et si oui, les recettes ivoiriennes sont-elles transposables dans d’autres pays ? En donnant la parole à un général ayant contribué au DDR et à un chercheur ivoirien spécialiste du DDR, ce séminaire permettra un débat utile et précis sur l’expérience ivoirienne.

La réforme du secteur de sécurité à l'ivoirienne

Si la situation sécuritaire en Côte d’Ivoire s’est grandement améliorée depuis 2011, des incidents ont toujours lieu ponctuellement et conservent un potentiel de déstabilisation qui justifie un effort continu de réforme du secteur de sécurité (RSS).
couv.etude_progafsub_leboeuf-001.jpg
Le président Ouattara a fait preuve d’une grande volonté politique en soutenant la mise en œuvre d’un processus de RSS. Ce processus a avancé en dents de scie, mais la création d’un Conseil National de Sécurité (CNS), doté d’un secrétariat et la publication de « stratégies » donnant des objectifs définis à la réforme ont permis de la poursuivre sur la durée. Le système (imparfait) d’évaluation incite notamment l’ensemble des institutions du secteur concernées par les réformes à renforcer leurs efforts. A ce titre, on peut dire que la RSS à l’ivoirienne est un modèle d’appropriation. Le vote des lois de programmation « sécurité et défense » peuvent laisser présager une accélération du rythme des réformes, au cours du second mandat d’Alassane Ouattara, pour l’instant sur les segments les moins problématiques. Reste à améliorer les relations entre les différentes forces de sécurité et surtout à réformer l’armée pour réduire le rôle des comzones (ex-commandants de zone), qui existent toujours, même si les plus influents ont été en partie marginalisés. Il s’agit également de rendre l’armée plus représentative de la nation ivoirienne et à renforcer sa cohésion au sein de celle-ci. Cela étant, le choix d’Alain-Richard Donwahi, l’ancien secrétaire du CNS, comme nouveau ministre délégué à la Défense en Côte d’Ivoire, devrait faciliter la réforme de l’armée dans le sens voulu par le président et le CNS.

Les travaux d’hercule de Ado.

Centre d’amélioration génétique porcine à Ery-Makouguié 1 (Agboville)
Observation Electorale : Plus de 500 agents déployés par  » Indigo Côte d’Ivoire  » pour le scrutin législatif.
Centre de Santé de Bondoukou
Des Caméras de vidéo surveillance à Abidjan.
San Pedro : mise sous tension du village de Yéouli..
Tourisme et loisirs
Présentation de la gare de péage du pk 7+200 de l’autoroute Abidjan Grand-Bassam en Côte-d’Ivoire.
Logements sociaux à Gagnoa et à Daloa
Boudoukou : Transformer la noix de cajou pour une plus value
Université de Korhogo (Péléforo Gbon Coulibaly).
Abobo : les travaux de construction de l’échangeur de la mairie avancent très bien (image).
L’université de Daloa (UJLoG).
Lutte contre le cancer : Le gouvernement renforce l’arsenal thérapeutique.
Lancement de la phase 2 des travaux d’aménagement de l’échangeur de l’amitié Ivoiro-Japonaise.
Postes frontières et Postes de Police
Programme National d’Investissement Agricole (PNIA)
Le centre d’alimentation en eau potable de Bonoua.
Université de Man
Agriculture : l’Etat va faire du secteur coton le premier de l’Afrique de l’Ouest, soutient Patrick Achi.
Autoroute Yamoussoukro – Tiébissou : Les travaux bientôt terminés.
Résultats définitifs : Répartition des sièges remportés par parti ou groupement politique.
Electrification du village de Polonou (15km de Didiévi)
L’Université d’Adiaké en gestation.
Législatives ivoiriennes : Koné Kafana mobilise les femmes des marchés de Yopougon.
Port de pêche de Sassandra.