preloader

PROGRAMME NATIONAL DE DEVELOPPEMENT (PND)

Les travaux d’hercule de Ado.

Aéroport d’Odiénné en cours de réhabilitation
Côte d’Ivoire. Jour de vote : À surveiller…
Bitumage de la route Kani Boundiali
Le Sénat de Côte d’Ivoire
Centre technique des arts appliqués de Bingerville (2014).
Côte d’Ivoire / Le Premier ministre lance la construction du pôle gynéco-obstétrique et pédiatrique du CHU de Cocody.
Le Chateau d’eau de Brokoua (Région d’Issia)
Infrastructures : Des routes et des ponts qui nous rapprochent (La côtière Abidjan – San-Pédro).
Législatives 2021 : Le Président de la CEI annonce l’ouverture officielle de la campagne dès ce vendredi à minuit.
Réhabilitation du Lycée technique de Bouaké
Transformation de l’hévéa : la SAPH présente le projet de la nouvelle unité industrielle de Soubré, d’une capacité de 60 000 tonnes au Ministre Souleymane Diarrassouba.
Dimbokro. Bakayoko-Ly Ramata aux électeurs : « Ado compte sur vous pour lui donner la majorité au Parlement ».
Législatives : le message du premier ministre Hamed Bakayoko.
84 M€ pour l’assainissement et le drainage à Abidjan
Construction d’une usine de production d’articles hygiéniques à Aboisso.
Législatives 2021 : Le soutien de taille d’Amédé Kouakou à Nadine Gneba à Lauzoua-Yocoboué.
Législatives ivoiriennes : début du déploiement des observateurs
Aéroport International Félix Houphouët-Boigny (FHB)
Réhabilitées, 209 pompes manuelles améliorent l’accès à l’eau à N’zi.
Projet de mobilité urbaine d’Abidjan.
La liste provisoire des candidatures retenues par régions pour les élections législatives du 06 mars 2021
Chantier du 4ème pont d’Abidjan : le Groupe chinois CSCEC avance avec assurance.
Infrastructures routières : Vaste opération de bitumage des voiries de Locodjro.
Le parc des expositions d’Abidjan (Port-Bouët).
thumbnail
PND_plan national de developpement_CIV_1

Plan national de developpement 2012-2015.

La Côte d’Ivoire s’est dotée d’un Plan National de Développement (PND) couvrant la période 2012-2015 adopté en mars 2012 en remplacement du DSRP 2009-2013. Le PND présente la stratégie de relance du développement économique de la Côte d’Ivoire. Avec le PND, la Côte d’Ivoire dispose d’un cadre de référence et de coordination des politiques économique, sociale et culturelle. Le pays, à travers la mise en œuvre du PND (2012-2015), ambitionne de devenir un pays émergeant à l’horizon 2020. Le coût global de financement du PND, cadre fédérateur de mise en œuvre des interventions de développement, est évalué à 11.076 milliards FCFA, soit 22 milliards de dollars américains. En vue de la mobilisation de ressources complémentaires pour son financement, un groupe consultatif a été organisé à Paris les 4 et 5 décembre 2012 et a abouti à des intentions de financement de 8,6 milliards de dollars US, soit 4.319 milliards de FCFA.

Le PND : un plan de croissance ambitieux pour la Côte d’Ivoire.

La Côte d’ivoire compte bien continuer à maintenir une croissance économique soutenue (près de 9% de 2012 à 2016) avec la mise en application du Programme National de Développement (PND), plan stratégique d’investissement de 49,24 milliards de dollars visant à améliorer la compétitivité de l’économie ivoirienne ainsi que la gouvernance, mais aussi à lui octroyer une stabilité macroéconomique. Un programme qui fait office de cadre de référence et de coordination des politiques économique, sociale et culturelle de la Côte d’ivoire pour l’atteinte des objectifs d’émergence à l’horizon 2020.
Renforcer et améliorer la compétitivité de l’économie et la gouvernance
Le PND a permis de renforcer la vitalité de plusieurs secteurs d’activités grâce à la réalisation des projets d’investissements définis dans le programme. Cela devrait permettre selon les projections, de faire croître l’économie ivoirienne d’environ 8% sur la période 2017-2020. Pour y arriver, le PND prévoit de vastes investissements afin d’améliorer le climat des affaires, de développer les infrastructures stratégiques, mais aussi de poser les actes nécessaires pour faciliter les échanges régionaux et mondiaux.
Ainsi, pour renforcer la compétitivité locale, le PND prévoit des investissements afin de densifier et diversifier l’appareil productif industriel, mais aussi consolider le développement du secteur des mines.
Un programme pour renforcer la stabilité macroéconomique
Un des objectifs majeurs du PND est de permettre à la Côte d’ivoire de renforcer sa stabilité macroéconomique. Le programme devrait ainsi participer à l’accroissement du PIB grâce aux nombreux projets d’investissements. Ce dernier devrait se situer à 8,9% en 2017, puis passer à 8,8% en 2018 avec un taux d’investissement de 23,3% du PIB en 2017 et 23,4% en 2018.
Le PND agit également sur des secteurs tels que l’agriculture. En effet, le programme vise l’amélioration du taux de transformation des matières premières ainsi que le développement de chaînes de valeurs complètes notamment des filières agricoles. En ce sens, la filière cacao est devenu plus performante et participe avec le pétrole à la progression des exportations.
Les exportations participent à 38% du PIB. Une évolution qui permet à la Côte d’ivoire d’enregistrer un excédent structurel de sa balance commerciale et qui coïncide avec la réduction de la dette extérieure à 23,1% du PIB en 2015.
Garantir la sécurité et maintenir la paix
La réussite des challenges économiques de la Côte d’ivoire dépend fortement de la stabilité politique du pays. Si la situation politique a connu de fortes améliorations depuis 2011, la Côte d’ivoire se doit de faire face à quelques mutineries au niveau de l’armée. Des soulèvements bien vite maîtrisés mais qui dénotent d’une situation qui reste encore fragile. Cependant, la réélection sans heurts du Président Alassane Ouattara en octobre 2015, fait tendre vers une stabilité retrouvée au niveau politique.
Le maintien de la sécurité est d’ailleurs une des priorités du gouvernement qui vient d’ailleurs de voir l’indice de sécurité passer de 1,6 en 2015 à 1,2 en 2016.
Le PND est le cadre de référence de la Côte d’ivoire pour l’atteinte de ses objectifs de développement d’ici 2020. Avec des taux de croissance qui devrait continuer à se maintenir à la hausse, ce programme sera pour la Côte d’ivoire l’occasion de densifier sa politique d’investissement dans les secteurs clés de l’économie afin de rendre cette dernière plus attractive et compétitive. Nous reviendrons sur les différentes options d’investissement en Côte d’ivoire dans un prochain article.

Le Plan National de Développement 2016 – 2020

La Côte d’Ivoire s’est fixé l’objectif ambitieux de compter parmi les pays ayant atteint l’émergence à l’horizon 2020. Pour ce faire, et rebondir efficacement après les événements politiques et militaires des années 2000, la Côte d’Ivoire s’est dotée successivement de 2 Plans Nationaux de Développement (2012 – 2015 et 2016 – 2020). L’exécution du PND 2012-2015 a permis à l’économie de renouer avec une croissance forte et pérenne (environ 9% sur les 4 dernières années après une année 2011 ayant été marquée par un recul de 4,1% du PIB) qui a su attirer les investisseurs à participer au développement du pays (création de 2 millions d’emplois sur la même période). Le PND 2016-2020 entend entériner les résultats atteints et s’attaquer aux défis qu’il reste à relever. Ainsi, cinq grands axes stratégiques ont été développés dans le PND 2016 – 2020 :
Le renforcement de la qualité des institutions et de la gouvernance
Grâce à l’allocation de près de 3 millions de FCFA, l’Etat de droit va être renforcé, des mécanismes opérationnels au service de la justice seront adoptés avec pour effet l’instauration d’un climat de confiance, de sécurité et de paix au sein des populations sur un territoire national bien aménagé
L’accélération du développement du capital humain et du bien-être social
Un effort important est et continuera d’être apporté à la formation, base d’un développement social et économique durable. Les jeunes générations bénéficieront d’une enveloppe importante pour la conduite de la politique d’enseignement et de scolarisation souhaitée par le Gouvernement, les adultes ont accès à des programmes de formation professionnelle et d’alphabétisation, l’enseignement supérieur se voit renforcé. En conséquence, l’employabilité de la population et le niveau des qualifications augmentent. En parallèle, la santé des populations, la protection sociale, la nutrition et la transition démographique seront traitées en priorité.
L’accélération de la transformation structurelle de l’économie par l’industrialisation
Avec la volonté de rendre l’environnement des affaires plus attractive et l’économie plus compétitive, les politiques économiques seront assouplies pour attirer les entreprises étrangères et favoriser la création d’entreprise, notamment dans le secteur du numérique et des Technologies de l’Information et de la Communication, avec le soutien de la recherche. Par ailleurs, les secteurs des énergies, des mines, de l’agriculture, du tourisme et de l’artisanat sont rendus plus performants, aptes à répondre à la demande interne et à créer des emplois et des richesses en Côte d’Ivoire.
Le développement d’infrastructures sur le territoire national et la préservation de l’environnement
Pour l’amélioration des transports, les cadres légaux seront renforcés, les infrastructures existantes améliorées et les objectifs de durabilité et de qualité d’usage privilégiés. L’urbanisation fera l’objet d’une attention particulière pour maîtriser et tirer profit de la croissance des villes. Par ailleurs, la mise en relation des différentes régions de Côte d’Ivoire et du pays avec l’international implique l’essor d’un réseau de connexion par voies numériques et télécom de pointe. Enfin, dans le souci d’atténuer les changements climatiques, ces grands chantiers seront conduits avec comme principe directeur la gestion raisonnée des ressources naturelles.
Le renforcement de l’intégration régionale et de la coopération internationale
Les moyens nationaux (éléments juridiques, financiers, techniques) seront mis au service d’une intégration régionale bénéfique pour tous. L’éco-diplomatie, la collaboration internationale et le rôle de leader de la Côte d’Ivoire auront la part belle dans ce mouvement de modernisation des mentalités et des appareils de pouvoirs.
A cette fin, plusieurs projets à même de dynamiser l’évolution menée en Côte d’Ivoire ont été identifiés. L’amélioration de la transformation des matières premières agricoles et la diversification de l’appareil productif industriel participeront à la modernisation de l’économie, à la montée en puissance d’une classe moyenne et érigera la Côte d’Ivoire comme une économie de premier plan au niveau africain. Par ailleurs, le projet de renforcement de l’aménagement du territoire vise à uniformiser par le haut le niveau d’équipement des régions et les bonnes pratiques de préservation de l’environnement, tout en renforçant les interconnexions avec les partenaires publics et privés, ivoiriens et internationaux. Ces améliorations devraient permettre de doubler le PIB/habitant d’ici 2020.
Par le biais de l’économie et d’un mode de gouvernance exemplaire au sein des institutions, le bien-être des populations sera directement influencé. A cet effort s’ajoute des mesures politiques de service public telles que la scolarisation obligatoire, le développement d’un système de santé de proximité, le renforcement de l’autosuffisance alimentaire et l’accès facilité et élargi à l’eau potable et l’électricité. Pour satisfaire ces ambitions, le taux d’investissement devrait passer de 18,7% du PIB en 2015 à 23,9% du PIB en 2020.
« Ainsi, nous pourrons bâtir une Côte d’Ivoire moderne où le travail est reconnu et valorisé. Une Côte d’Ivoire rassemblée et unie, qui offre à son peuple des lendemains meilleurs ; où l’Etat de Droit est reconnu par tous les citoyens. »

S.E.M. Alassane Ouattara.

PND_plan national de developpement_CIV_4
PND_plan national de developpement_CIV_3
PND_plan national de developpement_CIV_6
PND_plan national de developpement_CIV_5
PND_plan national de developpement_CIV_6


Economie et Finances : Bilan du gouvernement 2011-2015