preloader

Article

Aide de camp de Soro arrêté : Les dernières révélations de Nord Sud.
Aide de camp de Soro arrêté : Les dernières révélations de Nord Sud.

Aide de camp de Soro arrêté : Les dernières révélations de Nord Sud.

unnamed

Aide de camp de Soro arrêté : Les dernières révélations de Nord Sud.

Abdoulaye Fofana l’aide de camp de Guillaume Soro a été arrêté à Abidjan le mardi 3 mai 2022.

A l’issue d’une surveillance renforcée des services de renseignements ivoiriens dans le cadre d’une procédure ouverte pour tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Plus d’une semaine après, les indices se révèlent.

Les langues se délient.

Un plan apocalyptique.

Nord Sud est aujourd’hui en mesure de révéler que le militaire, radié de l’armée le 24 octobre 2019 pour désertion, avec ses complices préparaient un plan terrifiant pour la Côte d’Ivoire :

Attenter à la vie du Président de la République Alassane Ouattara.

Selon les informations auxquelles Nord Sud a pu accéder, les enquêteurs ont aujourd’hui une idée très précise du mode opératoire des pourfendeurs présumés de la démocratie. Voilà ce qui aurait pu se passer si la veille sécuritaire n’était pas efficace en Côte d’Ivoire :

8 mai, date anniversaire de Guillaume Soro, date des opérations de déstabilisation.

Dans la nuit du 8 mai à 2 heures du matin, Abdoulaye Fofana, L’aide de camp de Guillaume Soro et ses complices devaient, avec des armes lourdes, pilonner la résidence du chef de l’Etat.

L’objectif : Attenter à la vie du Président puis se replier. Raser la résidence du chef de l’Etat, quitter Abidjan pour Ouagadougou et rallier l’Europe, Paris ou Bruxelles.

Les agresseurs n’avaient pas un plan élaboré de prise du pouvoir d’Etat. Les commanditaires d’Abdoulaye Fofana étaient bien conscients du rapport de force qui se serait engagé sur le terrain. Ils savaient qu’ils ne pourraient tenir aucun siège. Le but de leur opération était d’assouvir une soif de vengeance. Leur tactique : La terre brûlée.

14 mai, après l’apocalypse, la fête.

Après avoir supposément semé la confusion et le chaos à Abidjan, Abdoulaye Fofana, l’aide de camp de Guillaume Soro, devait retrouver «ses» ou plutôt «son» commanditaire à Paris exactement le 14 mai 2022. Pour célébrer la réussite de l’opération et festoyer. Le lieu de cette réunion macabre, dont Nord Sud taira le nom, est connu des enquêteurs. C’est une adresse dans un des 20 arrondissements à Paris.

A qui devait profiter le crime ?

Le faisceau des indices converge vers Guillaume Soro. Abdoulaye Fofana a décidé de lier son destin à celui de Guillaume Soro. Au moment de la démission de l’ex-président de l’Assemblée nationale, le 15 février 2019, il n’a plus droit à toute sa garde rapprochée. Un seul militaire était retenu comme son aide de camp.

Et Abdoulaye Fofana n’avait pas été commis à la tâche par sa hiérarchie. Comme ses autres frères d’armes, il devait regagner son unité à la Garde républicaine (GR), mais il ne s’exécutera pas.

Il suit Guillaume Soro dans son exil européen. C’est donc naturellement, en application de la réglementation militaire, qu’il est radié de l’armée, pour désertion dans une décision rendue publique le 24 octobre 2019.

Dans des vidéos régulièrement publiées sur les réseaux sociaux depuis 2020, Abdoulaye Fofana n’a eu de cesse que d’appeler l’armée à la subversion contre les institutions. En mission pour Guillaume Soro.

Les 7 téléphones d’Abdoulaye Fofana séquestrés par les enquêteurs lors de son arrestation n’ont pas encore fini de parler.

Mais Guillaume Soro et sa petite galaxie ont engagé une communication coordonnée, avec des éléments de langage répétés pour disculper leur mentor.

Tentative de déstabilisation: Pourquoi l’aide de camp de Soro a été arrêté

Opération lâchage. Ils ont même pris un virage à 180 degrés : Ils tentent de lâcher, de couper les ponts avec l’ex-commandant appréhendé à Abidjan. Toutes les publications des activistes pro-Soro sur les réseaux sociaux répètent ce que dit un tweet de Guillaume Soro publié  le 7 mai: «J’ai eu la confirmation ce jour de l’arrestation de mon aide de camp le Commandant Abdoulaye Fofana à Abidjan alors que je le croyais engagé dans une procédure de demande d’asile politique en France. Je souhaite que toute la lumière soit faite sur cette affaire».

Un vœu partagé par le procureur de la République d’Abidjan. Il est clair que quand le dossier sera bouclé, les Ivoiriens seront gratifiés d’une communication des autorités judiciaires.

Nord Sud restera activement saisi.

Bakayoko Youssouf et Imane Emy Fatima

Tentative de déstabilisation : Pourquoi l’aide de camp de Soro a été arrêté

Il s’appelle Abdoulaye Fofana. Il avait le grade de commandant dans l’armée ivoirienne.

Il en a été radié depuis 2019 pour «désertion». Il prêtait régulièrement son image aux incessantes tentatives de déstabilisation des institutions de la République aux côtés de Guillaume Soro, dont il était l’aide de camp.

Jusqu’à une date récente, il était aux côtés de Soro dans son exil européen.

Abdoulaye Fofana a été arrêté le mardi 3 mai 2022 à Abidjan dans le cadre d’une enquête des services de renseignements ivoiriens sur de nouvelles tentatives d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Les faits. Nos sources établissent que l’homme de main de Guillaume Soro faisait l’objet d’une surveillance étroite de longue date.

Les services de renseignements l’ont inscrit sur une grille de priorités dès qu’il est rentré sur le territoire ivoirien le 25 avril 2022, sous une fausse identité. Il avait pris pied avec son patron en Suisse, à Genève.

C’est de là, qu’avec de faux documents,  il réussit à se faire établir un laissez-passer de voyage au consulat du Burkina Faso à Genève avec sa fausse identité.

Désormais, son nouveau nom, c’est Sondé Amadou. Avec cette nouvelle identité, il quitte Genève pour Paris.

Là il emprunte un vol à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, le 23 avril, vraisemblablement sur la compagnie Air France, à destination de Casablanca au Maroc.

Le billet d’avion de Fofana Abdoulaye alias Amado Sondé.

De Casablanca, il prend un autre vol de la Royal Air Maroc (RAM), cette fois, en direction de Ouagadougou. Il atterrit au Burkina Faso à 1 heure du matin le 24 avril. Il fait une pause de quelques heures. Le lendemain, il prend la direction de la Côte d’Ivoire, cette fois, par la route, à bord d’une voiture.

Depuis le 25 avril 2022, Abdoulaye Fofana est en terre ivoirienne.

De Ouaga, il met le cap sur Bouaké, la capitale du centre de la Côte d’Ivoire. Après une pause de quelques jours, il rallie Yamoussoukro. Pour une raison inexpliquée pour les enquêteurs, il retourne à Bouaké. De l’ancien fief de la rébellion ivoirienne où il était aux côtés de Guillaume Soro, il remet le cap sur Yamoussoukro. Cette fois, destination finale : Abidjan.

Dans la capitale économique ivoirienne, il prend ses quartiers dans plusieurs hôtels.

Il se déplace constamment.

Pour brouiller les pistes.

Il est si bien suivi par les services de sécurité que dans la journée du mardi 3 mai, il a été appréhendé dans le quartier de la Riviera à bord d’un véhicule de type 4X4 de marque BMW de couleur blanche.

Nos sources indiquent qu’il a été pris avec 4 autres individus.

Dans son véhicule, les enquêteurs ont retrouvé sa tenue militaire bien apprêtée. Et pas moins de 7 téléphones portables et autant de numéros.

Les enquêteurs travaillent à faire parler ses téléphones portables.

Les choses ne s’arrêtent pas là : De sources bien introduites, pas moins d’une vingtaine d’arrestations ont été opérées.

Qui sont-ils exactement ? Que préparaient-ils ? Les jours prochains nous situeront. Mais déjà, des sources crédibles proches de l’enquête sont formelles : Guillaume Soro, à travers ses chiens de guerre lancés sur le terrain, voudrait attenter à la vie du Président Alassane Ouattara.

Un dessein sinistre, qui plus qu’une menace, ressemble aux derniers soubresauts d’un être désespéré.

Bakayoko Youssouf