preloader

Article

Attaques terroristes :  Des chiffres effroyables de civils tués en 06 mois au Nord-Mali.
Attaques terroristes : Des chiffres effroyables de civils tués en 06 mois au Nord-Mali.

Attaques terroristes : Des chiffres effroyables de civils tués en 06 mois au Nord-Mali.

obuS-GAO
Attaques terroristes : Des chiffres effroyables de civils tués en 06 mois au Nord-Mali.
mali-niger-report-11-june-18
49253255_303

Attaques terroristes : Des chiffres effroyables de civils tués en 06 mois au Nord-Mali.

attaques-jihadistes-925-civils-tues-en-06-mois-au-nord-mali
L’armée Malienne peinent à bouter les terroristes du territoire national.
Ce sont des chiffres qui donnent froid dans le dos.
Au moins 925 civils  ont été tués au Nord-Mali en 06 mois.
C’est-à-dire de Mars à Septembre 2022, les populations civiles ont payé le lourd tribut de la barbarie « des fous de dieu ».
Pendant ce temps, les colonels  dits ‘’climatisés’’ de la junte au pouvoir, en qui la population fondait tant d’espoir après le renversement de feu le président Ibrahim Boubacar Keita, se réfugient derrière  des discours populistes et roulent carrosse dans les rues de Bamako.

En proie à une instabilité chronique depuis 2012, le nord du Mali fut ensanglanté au début du mois de mars  2022, à Tamalat  près de Ménaka, dans le nord-est du pays.

 Froid ans le dos

Mali/ Attaque terroriste : La ville de résidence d’Assimi Goita bombardée

Selon un document que nous avons consulté, le 08 mars, ce sont au total 145 morts qui ont été enregistrés dans la cité de Tamalat.

Deux jours après, soit le 10 mars à Aderanboukane , 213  personnes meurent dans une attaque de l’État islamique dans le grand Sahara (Eigs).

Le 26 du même mois, à Inwelan, 54 morts enregistrés, tandis qu’à Agarnadamoss 45 personnes sont tuées.

Ce même jour à Anchwadj, l’Eigs tue 30 civils dans des attaques ciblés.

Le 22 mai à Inekar-est, dans la région de Ménaka, vers la frontière avec le Niger, le bilan est effroyable.

310 corps sont répertoriés après une bataille sanglante en le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA), un mouvement politique et militaire touareg et l’Eigs.

Les civils ne sont pas épargnés dans ce carnage.

Le 19 juin à Ikadewan, 31 personnes meurent après le raid de l’EI dans cette zone.

C’est le chaos et la désolation dans les villages.

A Tessit, 43 soldats des Forces armées du Mali (Fama) tombent les armes à la main après une attaque attribuée à des jihadistes dans la ville le 07 Août.  Le 12 Août, une nouvelle attaque de Daesh contre des populations civiles à 20 km de Menaka dans le village d’asseylal fait 21 morts.

Enfin le 06 septembre, c’est la première fois que Talataye, à environ 150 km de Gao, subit une attaque d’une telle envergure du groupe Etat islamique avec 33 tués à la fin des combats.

Halte au populisme

A ces chiffres effroyables, s’ajoute plus de 70.000 réfugiés au Niger au 31 Mai 2022, selon un rapport de l’Unhcr, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Une analyse globale de la situation permet de voir aisément qu’au Niger le nombre de victimes du terrorisme décroît considérablement contrairement au Mali et au Burkina où les populations sont prises en otage par des juntes militaires friands de coups d’état.

Burkina Faso : En difficulté, les mutins tentent de rallier à leur cause les populations

Au pied du mur, les militaires ont finis par découvrir une autre réalité de la gestion d’un État en proie à la poussée des groupes terroristes. Au Niger, la stratégie mise en place par le président Mohamed Bazoum tout aussi efficace, porte ses fruits contrairement à nos deux voisins qui au fil du temps ne font que s’enliser dans la crise. La dernière en date est le second coup d’Etat au Burkina Faso, huit mois après le renversement du président démocratiquement élu.

Il est temps d’arrêter cette désinformation pro russe ou anti française.

La solution au djihadisme réside-t-elle dans les coups d’État à répétition et aux discours  souverainistes portés par des pseudo-panafricanistes nourris à la sève des pays qu’ils vilipendent?

Faux. Il est temps d’arrêter cette désinformation pro russe ou anti française.

Les discours populistes n’empêchent pas la montée en puissance des groupes djihadistes.

Avec des Institutions démocratiques fortes, une armée bien formée et bien équipée, un cadre de dialogue avec les communautés, une coopération militaire bien assumée et réfléchie avec les partenaires et un programme de développement des zones impactées notamment, le continent Africain peut relever le défi terroriste dont il n’était pas demandeur.

C’est le choix du Niger, imité également par la Côte d’Ivoire dont la frontière Nord est proie à des incursions jihadistes.

Olivier YEO  Logo Lavenir.ci