preloader

Article

Contrôle des contenus des télévisions et radios- Voici l’outil dont dispose désormais la Haca.
Contrôle des contenus des télévisions et radios- Voici l’outil dont dispose désormais la Haca.

Contrôle des contenus des télévisions et radios- Voici l’outil dont dispose désormais la Haca.

hh
Contrôle des contenus des télévisions et radios- Voici l’outil dont dispose désormais la Haca.

Contrôle des contenus des télévisions et radios- Voici l’outil dont dispose désormais la Haca.

René Bourgoin, président de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca) a reçu, le mardi 6 septembre 2022 au siège de son institution à Abidjan-Cocody-Angré, sa collègue du Maroc, Mme Latifa Akharbach, pour une séance de travail. Me Bourgoin a annoncé que la Haca a, désormais, un outil de contrôle des contenus des télévisions et radios.

Au cours des échanges, Maître René Bourgoin a indiqué qu’il était difficile à la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca), par le passé, de suivre les radios implantées à l’intérieur du pays et d’en assurer un monitoring efficient.

Cette technologie permet de capter et de stocker des contenus audiovisuels.

« Il nous fallait absolument un outil pour mieux contrôler le contenu de ces radios et par ailleurs, générer des données en vue d’un monitoring thématique et plus affiné.

Nous avons le choix de concevoir nous-mêmes cette technologie avec des cabinets extérieurs, d’adopter une solution européenne, déjà conçue avec les réalités européennes, soit de chercher une autre solution dont la conception est proche culturellement de notre pays.

C’est ainsi que nous avons étudié et analysé la solution marocaine appelée HMS Maroc et qui nous convenait le mieux. Cette technologie permet de capter et de stocker des contenus audiovisuels et également de traiter l’information dans le cadre du suivi du pluralisme d’expression dans les médias audiovisuels », a fait savoir le président de la Haca.

Il a dit l’importance de cet outil dans l’environnement médiatique en perpétuelles évolutions technologiques.

4 télévisions privées commerciales, 155 médias audiovisuels en ligne.

Me Bourgoin a révélé qu’aujourd’hui, du fait de la libéralisation audiovisuelle et de la Tnt, le paysage médiatique ivoirien , compte six (6) médias de service public, une multitude de médias privés dont deux cent quarante-six (246) radios privées commerciales, sept(7) radios privées commerciales, cinq(5) radios non nationales , une (1) radio institutionnelle , quatre (4) télévisions privées commerciales , deux (2) réseaux de distribution de services radiodiffusion sonore et de télévision par satellite , comportant plus de six cents (600) chaînes de télévisions et de radios , un(1) opérateur de multiplex pour la distribution de services de télévision payants sur TNT et cent cinquante-cinq (155) médias audiovisuels en ligne.

L’exploitation à grande échelle de tous ces médias exige constamment des régulateurs, notamment, un renforcement de la veille technologique et juridique.

La partie marocaine présente l’outil de contrôle.

de monitoring tels que les temps d’antenne et de paroles sur les médias, des rapports d’études thématiques, etc. Ainsi, dans le cadre de la coopération entre la Haca de Côte d’Ivoire et la Haca du Maroc, la Côte d’Ivoire s’est dotée d’un tel outil de travail en vue du renforcement de ses capacités techniques et opérationnelles.

Mme Latifa Akharbach a soutenu que cette coopération est la preuve que L’ Afrique peut faire confiance à l’Afrique.

Abdelmalek Kettani, ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire s’est réjoui de cette coopération entre les deux Haca.

Laquelle coopération, dit-elle, dure depuis 60 ans et s’est intensifiée avec le Président Ouattara.

Jean-Martial Adou, directeur de cabinet du ministre de la Communication et de l’Économie numérique, au nom de son patron, a salué cette coopération Sud-Sud.

Un Comité mixte de veille juridique a été mis en place comme prévu par la convention de partenariat et de coopération, signée entre les deux instances de régulation des médias en septembre 2020.

Mamadou Ouattara