preloader

Article

La Côte-d’Ivoire réalise un excédent commercial de 533 milliards sur les 9 premiers mois de 2020
Excédent commercial de 533 milliards sur les 9 premiers mois de 2020

La Côte-d’Ivoire réalise un excédent commercial de 533 milliards sur les 9 premiers mois de 2020

Felicitation_international liberale_Ado04_12_2020_CIV_1

La Côte-d’Ivoire réalise un excédent commercial de 533 milliards sur les 9 premiers mois de 2020.

La côte d’Ivoire a réalisé en septembre un excédent commercial hors biens exceptionnels de 533 milliards de Fcfa à fin septembre contre 615,7 milliards à la même période en 2019, soit une baisse de 13,4% dû à un « repli en valeur des exportations (-4,6%) et des importations (-3,5%) » lié à la « pandémie de la covid-19 », selon un rapport du ministère de l’Economie.

« Au terme des neuf premiers mois de l’année 2020, les échanges extérieurs de marchandises hors biens exceptionnels sont marqués par un repli en valeur des exportations (-4,6%) et des importations (-3,5%) dans un environnement mondial affecté par la pandémie de la covid-19 », peut-on lire dans le document, relevant un « excédent commercial de 533,2 milliards, en baisse de 13,4% comparativement à fin septembre 2019 ».

Les exportations, estimées à 5.092,5 milliards de Fcfa, ont subi « à la fois une chute des volumes (-3,3%) et des prix (-1,3%) tandis que les importations (établies à 4.559,3 milliards) pâtissent uniquement d’une baisse des prix (-7,5%), les volumes étant en hausse de 4,4% », a expliqué le ministère.

Les ventes en valeur de fèves de cacao, dont le pays est le premier producteur mondial, sont restées « stables », soit 1.302,5 milliards Fcfa en septembre contre 1.302,7 milliards au troisième trimestre de l’année précédente, « en dépit d’une baisse des volumes de 5,6% », ce qui correspond à 964.945 tonnes exportées en septembre contre 1.022.513 tonnes au troisième trimestre 2019.

Estimé 111,7%, le taux de couverture des importations par les exportations est quant à lui en « baisse de 1,3 point de pourcentage » sur la même période, alors que les termes de l’échange « s’améliorent de 6,7% en raison de la baisse des prix à l’import », rapporte le document.