preloader

Article

La CAN en 2023 ou 2024 : La balle dans le camp de la CAF.
La CAN en 2023 ou 2024 : La balle dans le camp de la CAF.

La CAN en 2023 ou 2024 : La balle dans le camp de la CAF.

stade-de-yamoussoukro-homologue

La CAN en 2023 ou 2024 : La balle dans le camp de la CAF.

Prévue du 23 juin au 23 juillet 2023, la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN) aura lieu en Côte d’Ivoire.

Un rendez-vous dont l’agenda a d’ores et déjà fait couler beaucoup d’encres et de salives.

Et ce, sur fond du climat ivoirien, généralement marqué par des pluies torrentielles à cette période de l’année.

A un an quasiment jour pour jour de la compétition, l’interruption prématurée du match de championnat local, l’Africa Sport contre le Stade d’Abidjan et les récents incidents liés aux récentes pluies diluviennes apportent de l’eau au moulin des observateurs.

La météo donnera-t-elle un carton rouge à la CAN en juin 2023 ? La prochaine assemblée générale de la CAF se tiendra en août prochain en Tanzanie. Une décision est donc attendue.

La praticabilité des pelouses, la résistance des infrastructures et le confort des spectateurs lors de la CAN 2023 en saison des pluies alimentent l’éventualité d’un décalage de la compétition sur une période climatiquement clémente.

Interrogé à ce sujet au cours de l’émission télévisée  »Face à la Côte d’Ivoire », le ministre des Sports, Paulin Claude Danho, a mis la balle dans le camp de la Confédération Africaine de Football (CAF).

«Nous ne sommes pas propriétaires de cette CAN.

En ce qui nous concerne, nous avons un cahier de charges de la CAF qui indique que nous devons être prêts au 31 décembre.

Et nous allons tenir nos engagements.

Maintenant, il y a un problème endogène qui apparaît, le problème de la pluie. Je pense que cette réalité doit être prise en compte par ceux qui sont propriétaires de l’évènement, qui eux aussi tiennent à faire un évènement avec une bonne participation, de la publicité, avec des partenaires sérieux.

Ils ont des contraintes aussi financières donc ils veulent offrir le meilleur spectacle possible», a-t-il répondu sur le plateau de Life Tv.

Et le maire d’Attécoubé de souligner que le dernier mot revient à la faîtière du sport roi sur le continent.

« Je pense qu’ils tiendront compte des informations que nous allons leur faire parvenir.

Les précipitations sur Abidjan ont été multipliées par 16. Ça veut dire que ce sont les effets néfastes du changement climatique, alors notre rôle c’est de porter cela à la connaissance de la CAF.

Moi je peux être prêt au 31 décembre, conformément à nos engagements, maintenant qui peut le plus peut le moins. Si on me dit d’attendre jusqu’en janvier, je ne vais pas bouder mon plaisir».

Avant d’ajouter: «Je peux vous donner l’assurance que le stade de Yamoussoukro est terminé, il a été validé. Le prochain stade, c’est celui de Bouaké qui est en cours de validation parce que nous avons commencé les mesures de pré-réception.

Pour qu’à partir du mois d’août, la réception soit faite (..). Afin que nous puissions jouer le prochain match des Eléphants à Bouaké. Après Bouaké, ce sera le tour de San Pedro.

Il est aujourd’hui très avancé, nous sommes au stade des réglages au niveau des sièges, des salons VIP, des ascenseurs et le mois prochain, ils vont attaquer la pelouse.

Ce sera enfin le tour de Korhogo au mois de novembre. Nous allons faire une grande cérémonie pour ce stade qui porte le nom du défunt Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly.

Et puis, nous reviendrons à Abidjan au mois de décembre pour réceptionner la mise en conformité du stade Alassane Ouattara d’Ebimpé et enfin le stade Félix Houphouët-Boigny qui sera complètement relooké».

A en croire la cheville ouvrière de l’organisation de la CAN, les indicateurs sont donc au vert pour la CAN en juin 2023 ou bien plus tard, en cas de report de l’évènement par la CAF.

Charles Assagba