preloader

Article

Mali-Côte d’Ivoire : le Secrétariat des Nations Unies appelle à la libération des militaires ivoiriens détenus à Bamako (Déclaration).
Mali-Côte d'Ivoire : le Secrétariat des Nations Unies appelle à la libération des militaires ivoiriens détenus à Bamako (Déclaration).

Mali-Côte d’Ivoire : le Secrétariat des Nations Unies appelle à la libération des militaires ivoiriens détenus à Bamako (Déclaration).

09860000-0aff-0242-f398-08da9b61c691_w1023_r1_s
Le secrétaire général Antonio Guterres, "appelle à la libération immédiate des soldats ivoiriens détenus, dans l'esprit des relations fraternelles entre les peuples de Côte d'Ivoire et du Mali".

Mali-Côte d'Ivoire : le Secrétariat des Nations Unies appelle à la libération des militaires ivoiriens détenus à Bamako (Déclaration).

© ABIDJAN.NET PAR DR – LE MESSAGE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ANTÓNIO GUTERRES À L’OCCASION DE LA JOURNÉE DES NATIONS UNIES.

Dans une note publiée, ce 26 septembre 2022, sur le site officiel des Nations-Unies, le Secrétaire général Antonio Guterres « appelle à la libération »,  des soldats ivoiriens détenus depuis le 10 juillet dernier au Mali. Ci-dessous, l’intégralité du texte.

Le Secrétariat des Nations Unies exprime sa vive préoccupation face au maintien en détention depuis le 10 juillet de militaires ivoiriens à Bamako.

Les Nations Unies réitèrent leur profonde gratitude pour la contribution de la Côte d’Ivoire aux opérations de paix des Nations Unies et à la MINUSMA, en particulier.

Le Secrétariat des Nations Unies appelle à la libération urgente des militaires ivoiriens détenus dans l’esprit des relations fraternelles entre les peuples de Côte d’Ivoire et du Mali.

A cet égard, elle soutient fermement tous les efforts visant à faciliter cette libération ainsi que le rétablissement de la confiance et la promotion du bon voisinage entre les deux pays.

Site officiel des Nations unies

L'ONU appelle à la "libération immédiate" des soldats ivoiriens détenus au Mali

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, s'adresse à la 77e session de l'Assemblée générale au siège de l'ONU le mardi 20 septembre 2022.
Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, s’adresse à la 77e session de l’Assemblée générale au siège de l’ONU le mardi 20 septembre 2022.

Le secrétariat de l’ONU a appelé lundi dans un communiqué à la « libération immédiate » des 46 soldats ivoiriens détenus au Mali depuis début juillet.

Le secrétariat, qui inclut les structures de direction de l’ONU au quotidien dont le secrétaire général Antonio Guterres, « appelle à la libération immédiate des soldats ivoiriens détenus, dans l’esprit des relations fraternelles entre les peuples de Côte d’Ivoire et du Mali ».

Il « soutient fortement tous les efforts pour faciliter cette libération ainsi que la restauration de la confiance et la promotion du bon voisinage entre les deux pays », a ajouté le communiqué, soulignant sa « profonde appréciation de la contribution de la Côte d’Ivoire aux opérations de maintien de la paix de l’ONU et à la Minusma (mission des Nations unies au Mali, ndlr) en particulier ».

L’arrestation de ces soldats ivoiriens le 10 juillet à Bamako et leur inculpation mi-août pour « tentative d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État » a tourné à la crise diplomatique entre les deux pays voisins.

La junte malienne au pouvoir qualifie ces soldats de « mercenaires » tandis qu’Abidjan assure qu’ils étaient en mission pour l’ONU, dans le cadre d’opérations de soutien logistique à la Minusma.

Lors d’une interview la semaine dernière à RFI et France 24, Antonio Guterres avait déclaré que les soldats ivoiriens détenus n’étaient « pas des mercenaires », s’attirant les foudres de la junte malienne.

Lors de son discours samedi à l’Assemblée générale des Nations unies, le colonel Abdoulaye Maïga, Premier ministre par intérim du Mali, s’en était ainsi pris au secrétaire général.

« Souffrez que je vous exprime mon profond désaccord suite à votre récente sortie médiatique », avait lancé le colonel, estimant que cette affaire « bilatérale et judiciaire » ne relevait « pas des attributions du secrétaire général des Nations unies ».

« M. le secrétaire général, le Mali tirera toutes les conséquences de droit de vos agissements », avait-il ajouté.

site logo