preloader

Article

Résolution onusienne contre la Russie : Les lignes bougent en faveur de l’Ukraine en Afrique.
Résolution onusienne contre la Russie : Les lignes bougent en faveur de l’Ukraine en Afrique.

Résolution onusienne contre la Russie : Les lignes bougent en faveur de l’Ukraine en Afrique.

634947e135b3b_actuimage

Résolution onusienne contre la Russie : Les lignes bougent en faveur de l’Ukraine en Afrique.

L’actualité onusienne a été marquée, le 12 octobre dernier, par un vote massif des Etats contre les « annexions illégales » russes en Ukraine.

En effet, ils étaient 143 sur 193 à avoir condamné, par leurs suffrages, les annexions de la Russie des quatre régions ukrainiennes : Louhansk, Donetsk, Zaporijjia et Kkerson. Il faut rappeler que la résolution portant condamnation de ces annexions, a été portée par l’Ukraine et co-parrainée par l’Union européenne.

Les Etats qui ont pris fait et cause pour Moscou, se comptaient sur les bouts des doigts. Ils étaient, en effet, cinq seulement à s’être exprimés en faveur de l’Ours russe. Il s’agit de la Biélorussie, la Syrie, le Nicaragua, la Corée du Nord et la Russie.

De ces pays qui ont pris le parti de soutenir la raison du plus fort, l’on remarque qu’il n’y a point de pays africain. En mars dernier, seule l’Erythrée avait daigné voter en faveur de la Russie. Cette fois-ci, elle s’est abstenue.

Au total, l’on note 19 abstentions parmi les Etats africains. 29 Etats africains se sont positionnés ouvertement pour la cause de l’Ukraine.

Par voie de conséquence, ces derniers ont tourné le dos à Moscou. Parmi eux, l’on peut citer le pays de la Teranga, c’est-à-dire le Sénégal de Macky Sall. En mars dernier, on se souvient, ce pays, à l’instar de bien d’autres Etats du continent noir, s’était illustré en s’abstenant.

Cette posture avait été décryptée, à juste titre, comme celle de la couardise.

Ce mercredi, le Sénégal a pris ouvertement le parti de l’Ukraine. Peut-on interpréter cela comme l’un des effets induits par la récente visite africaine du chef de la diplomatie ukrainienne ?

C’est probable.

Il n’est pas exclu que cette dynamique évolue crescendo sur le continent

En effet, le 3 octobre dernier, Dmytro Kouleba, puisque c’est de lui qu’il s’agit, avait entamé une tournée en Afrique.

Ses pas l’avaient guidé d’abord au Sénégal. Dans ce pays, le chef de la diplomatie ukrainienne a plaidé la cause de sa patrie.

En outre, il avait tenu un discours prônant le renforcement de la coopération de son pays avec le continent noir.

Manifestement, on peut se permettre de dire que Dmytro Kouleba n’a pas prêché dans le désert au Sénégal.

En effet, quelque 8 jours seulement après cette virée africaine, on fait le constat que le Sénégal a rejoint, avec armes et bagages, le camp de Kiev.

Le Gabon en a fait de même. L’Erythrée, certes, n’a pas franchi ce pas, mais elle a tout de même mis de l’eau dans son …thé, en passant du camp des soutiens inconditionnels de la Russie à celui des abstentions.

De ce qui précède, on peut dire que les lignes commencent à bouger en faveur de l’Ukraine en Afrique.

Et il n’est pas exclu que cette dynamique évolue crescendo sur le continent, les jours et mois à venir.

En effet, au début de la crise, ils étaient nombreux, les pays africains qui ne voulaient pas prendre le risque de fâcher l’ours russe en votant contre « son opération spéciale » en Ukraine. Mais plus les jours passent, plus les choses sont en train de tourner au vinaigre pour Poutine.

Une victoire même de David (l’Ukraine) contre Goliath n’est pas à exclure dans cette guerre, au regard des nombreux revers déjà enregistrés par l’armée rouge sur le théâtre des opérations.

Mais, il ne faut pas oublier que les pays votent à l’ONU selon leurs intérêts.

De ce point de vue, on peut s’attendre à ce que des pays africains, à l’instar du Sénégal et du Gabon, basculent prochainement et ouvertement dans le camp de l’Ukraine. En attendant, le Mali et la Centrafrique qui convolent aujourd’hui en justes noces avec l’Ours russe, n’ont pas daigné franchir le Rubicon, en votant contre la résolution ukrainienne.

Et cela devrait paraître gênant pour Moscou.

Pousdem Pickou