preloader

Article

Retirer tous nos soldats du Mali (Tiémoko Antoine Assalé, Député de la République de Côte d’Ivoire).
Retirer tous nos soldats du Mali (Tiémoko Antoine Assalé Député de la République de Côte d'Ivoire).

Retirer tous nos soldats du Mali (Tiémoko Antoine Assalé, Député de la République de Côte d’Ivoire).

292366562_723086179079384_2042466970682638659_n

Retirer tous nos soldats du Mali (Tiémoko Antoine Assalé, Député de la République de Côte d'Ivoire).

Les autorités maliennes ont arrêté les 49 soldats ivoiriens, sous le prétexte qu’elles n’avaient pas été informées par les autorités ivoiriennes, de leur arrivée sur leur sol.
De ce point de vue, l’arrestation des Ivoiriens relevait d’une mesure de sûreté comprehensible, le temps de faire des vérifications.
Dans un communiqué fait pour flatter le nationalisme des Maliens, les Putschistes de Bamako, ont prétendu que les autorités d’Abidjan qu’ils auraient contactées, auraient répondu ne pas être au courant de la présence de ces soldats ivoiriens sur le sol malien.
Et, c’est cette réponse qui a poussé les putschistes à qualifier les Ivoiriens de « Mercenaires » arrivés au Mali pour faire un coup d’Etat.
Depuis, officiellement, les autorités ivoiriennes ont réagi en déclarant qu’il s’agit bel et bien de soldats ivoiriens en mission officielle au Mali. Avant de réclamer leur libération « sans délai ».
La réaction officielle des autorités ivoiriennes, aurait dû mettre fin à la fuite en avant des autorités maliennes et aboutir à la libération des 49 soldats. Sauf que rien ne s’est passé.
La vérité est que les autorités maliennes sont allées trop loin et qu’à présent, prises dans le piège de leur propre propagande, elles n’ont plus d’autre choix que de faire du chantage, histoire de sortir la tête haute de cet imbroglio qu’elles ont inutilement créé.
Au-delà de tout, cette affaire vient de faire la preuve, si besoin en était encore, que la préoccupation des putschistes de Bamako n’est pas de libérer le Mali du joug terroriste mais plutôt d’obtenir le départ de toutes les forces armées présentes sur leur sol dans le cadre de la Mission de l’Onu, afin de pouvoir agir sans regard extérieur.
Ils ont chassé la France, chassé les médias internationaux, muselé la presse locale, contraint des leaders d’opinion au silence et ne veulent pas entendre parler d’enquête indépendante sur les accusations d’exactions présumées contre des civils dans la lutte contre le terrorisme.
A présent, ce qui les gène au plus haut point, c’est la présence de soldats étrangers sur le sol malien dans le cadre de la Minusma.
C’est pour cela que les autorités ivoiriennes, devant cette humiliation infligée à la Côte d’Ivoire par les autorités maliennes, doivent prendre la décision, au dénouement de cet imbroglio, de retirer tous les soldats ivoiriens présents sur le sol malien, sous mandat onusien et dont certains ont donné leur vie pour sauver le Mali.
La Côte d’Ivoire, n’a plus rien à faire au Mali.
Le Benin vient de décider de retirer ses soldats. La Côte d’Ivoire doit en faire autant et se concentrer sur la sécurisation de son propre territoire.
On ne peut faire le bonheur de personne contre sa volonté clairement affirmée.
Source : Tiémoko Antoine Assalé, Député de la République de Côte d’Ivoire