preloader

Article

Sénat – Mariam Dao Gabala au personnel féminin : “Portez le Sénat plus haut”.
Sénat - Mariam Dao Gabala au personnel féminin : “Portez le Sénat plus haut”.

Sénat – Mariam Dao Gabala au personnel féminin : “Portez le Sénat plus haut”.

Sénat - Mariam Dao Gabala_feminin_CIV_1
Sénat - Mariam Dao Gabala_feminin_CIV_2

Sénat - Mariam Dao Gabala au personnel féminin : “Portez le Sénat plus haut”.

Animant une conférence au Sénat à Yamoussoukro à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes le lundi 8 mars 2021, Mariam Dao Gabala, sénatrice et présidente du comité de normalisation de la Fif a appelé le personnel féminin du Sénat à porter haut l’Institution.

Contrairement aux années précédentes où la célébration de la journée internationale des droits de la femme , se limitait à une simple remise de roses , cette année , ce 8 mars 2021 ,le personnel feminin du Sénat de Côte d’Ivoire a été entretenu sur le thème international de 2021 : » Leadership féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19″ .

La conférence organisée à cet effet, au bâtiment administratif du Sénat, sis au quartier Kokrenou, à Yamoussoukro, ville-siège de l’institution, a été animée par Mariam Dao Gabala, sénatrice et par ailleurs présidente du comité de normalisation de la Fif.

S’agissant du thème de cette année, la conférencière qui avait scindé sa communication en quatre principaux axes , a indiqué à son auditoire , qu’il faut avoir une vision dans la vie ,et ensuite utiliser le droit comme instrument dans la quête et la réalisation de cette vie. »

C’est vrai qu’il faut se battre pour les droits. Mais les droits à eux seuls ne suffisent pas. Le droit sans sagesse, ne vous permet d’aboutir à rien.

Mieux , le droit sans vision est une lutte inutile.(…) Au-delà du folklore qui entoure la célébration du journée internationale des droits de la femme, ce qui est important pour chaque femme , c’est de s’arrêter pour se demander , où est ce que je vais ?

Ou je fais quoi pour les générations futures (…) Si vous n’avez pas de vision, le droit ne va vous servir à rien. Tout part de là « , a-t-elle fait remarquer.

Poursuivant, elle a invité ces cadettes à peaufiner leurs talents afin d’être autonomes financièrement, sur le plan politique et social.

Car, a indiqué l’oratrice du jour , dans ce contexte de crise sanitaire due à la Covid-19, les habitudes ont changé , et la moitié des métiers changera d’ici trois ans. Pour elle, l’objectif pour les femmes , c’est l’autonomisation. Elle a demandé à celles- ci d’utiliser ce contexte de Covid-19 pour développer leur autonomisation . »

C’est très important, c’est comme ça que nous allons suivre. C’est une opportunité qui nous a été donné par le ciel, si on peut appeler comme ça, pour reprendre les choses en main .

Parce que pendant cette crise sanitaire , c’est nous, les femmes qui avions pris nous-mêmes les choses en main. Si vous voulez sortir vainqueur de cette crise , alors travaillez votre autonomisation et votre leadership.

C’est cela qui va vous permettre de Surfer sur les éléments de la crise et de voir les opportunités là où elles vont apparaître « , a-t-elle fait savoir.

Aussi, a-t-elle conseillé à ces dernières de développer des stratégies, à oser imaginer un futur de leur métier avec au cœur une transformation digitale, à se réinventer, à maintenir le cap, mais surtout à être des agents de changements.

À cet égard, elle a invité ces travailleuses du Sénat à porter l’institution parlementaire qui les emploie plus haut. »

Vous êtes un tiers des membres du personnel du Sénat. Mais ,quel est votre impact en tant qu’un tiers du personnel ? Qui est-ce qui va faire qu’on aura envie de recruter d’autres dames ? Est-ce que votre passage sera égal à votre non passage ?

Portez le Sénat plus haut. C’est le défi que vous devrez relever « , a-t-elle indiqué. Pour le reste, au nom de ses collègues ,

Eloh Anne- Laure Assa, conseillère du président du Sénat a salué à sa juste valeur la conférencière pour ces enseignements, qui selon elle , permettront d’améliorer le service au Sénat, mais également la carrière professionnelle de chacune d’entre elles.`