preloader

Article

Affaire « militaires ivoiriens arrêtés » au Mali : Les incohérences des maliens.
Affaire "militaires ivoiriens arrêtés" au Mali : Les incohérences des maliens.

Affaire « militaires ivoiriens arrêtés » au Mali : Les incohérences des maliens.

292347992_552847783182926_4792085403168338608_n
117011
117012
4

Affaire "militaires ivoiriens arrêtés" au Mali : Les incohérences des maliens.

Partis d’Abidjan en qualité de militaires ivoiriens, les voici qualifiés de mercenaires.
Passibles de poursuites judiciaires.
En même temps qu’ils diffusent la liste des soldats Ivoiriens arrivés sur le sol malien, ils disent ne pas avoir été informés de leur arrivée.
Où ont-ils eu cette liste ?
Qui en réalité est celle figurant sur le manifeste expédié aux autorités maliennes bien avant le vol.
Comme il est d’usage.
Première incohérence.

Ce n’est pas tout et ce n’est pas la plus cocasse.Des soldats ivoiriens de la Munisma

Des soldats ivoiriens de la Munisma

Prenons la logique malienne.

Des mercenaires quittent la Côte d’Ivoire pour attaquer le Mali.

Ils ne vont pas avec un avion de guerre mais un avion de transport de troupe. Ils descendent tranquillement à l’aéroport, juste avec leurs armes de dotation.

Et fait extraordinaire, ils se présentent au contrôle.

Leurs collègues maliens qui les voient ne se sentent pas en situation de danger.

Ils ne cherchent ni à se protéger ni à contrattaquer.

Aucun coup de fusil n’est tiré.

Ces gentils mercenaires venus déstabiliser le pays se laissent tranquillement interpeller.

Cela sert à quoi d’être forces spéciales si c’est pour aller gentiment se constituer prisonnier alors qu’on est en mission de déstabilisation ?

Dans le plus mauvais film d’action, personne n’écrirait ce scénario.

Les Maliens savent-ils ce qu’on appelle Forces spéciales ivoiriennes ? Vraiment.

Les militaires maliens habitués aux attaques djihadistes ont-ils été une seule fois confrontés à des hommes armés qui débarquent avec bruit (le moteur de l’avion), saluent gentiment et passent au contrôle ?

Incohérence, grossièreté

Peu avant l’arrivée de ces soldats ivoiriens devenus aujourd’hui mercenaires, leurs frères d’arme qu’ils sont allés remplacer ont été célébrés et décorés pour service rendu. Or donc au Mali on décore pour service rendu !

Pourquoi aussi les autorités maliennes ont demandé aux Allemands présents sur leur sol de mettre fin à la mission de protection de leur base ? N’est-ce pas reconnaître que cette mission est confiée à ce détachement qu’ils qualifient de mercenaires ?

La Minusma a déjà reconnu l’existence de ce détachement dans sa déclaration.

Mais quand on veut faire du sensationnel, on ne recule pas devant le ridicule.

Par Bledson Mathieu

Le document qui confond les accusations maliennes de «mercenariat» contre les forces spéciales de Côte-d’Ivoire

Au Mali, qui veut noyer son chien l’accuse d’être un mercenaire.

La junte militaire malienne ne manque pas d’air: elle considère que les 49 soldats ivoiriens interpellés dimanche à l’aéroport de Bamako sont « des mercenaires » et elle a décidé de les « mettre à disposition des autorités judiciaires compétentes » selon le communiqué.

Le porte-parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maiga, a assez cyniquement expliqué que « le dessein funeste des personnes interpellées était manifestement de briser la dynamique de la refondation et de la sécurisation du Mali, ainsi que du retour à l’ordre constitutionnel ».

Le statut des Ivoiriens arrêtés ne correspond en rien à la définition du mercenariat selon la Convention de l’Organisation de l’unité africaine invoquée par Bamako.

Ces militaires appartiennent à l’armée régulière ivoirienne et étaient en mission officielle comme l’a précisé le porte-parole de la mission des Nations unies au Mali (Minusma).

Selon lui, les militaires interpellés faisaient partie d’ »éléments nationaux de soutien » logistique à la Minusma qui sont « des effectifs nationaux déployés par les pays contributeurs de troupes, en soutien à leurs contingents », « une pratique communément appliquée dans les missions de maintien de la paix ».

Un document ivoirien en témoigne:

En outre, comme le résume un humanitaire français sur Twitter: « Invoquer la convention de l’OUA sur le mercenariat en Afrique contre la RCI, alors qu’en même temps, on paye à prix d’or les tueurs de Wagner qui mènent des exactions majeures contre sa propre population, il faut vraiment être nés avant la honte, quoi… ».

Enfin, l’activité de protection de la compagnie aérienne « Sahelian Aviation Services »(SAS, qui travaille entre autres pour la Minusma), assurée par les Ivoiriens, sera confiée aux forces armées maliennes. Contre rétribution bien sûr.

Philippe Chapleau | Ligne de Defense Ouest-France

P.S. Comment vouloir diriger un pays dans le mensonge la démonstration en est faite (les mercenaires supposés sont en mission sous mandat de l’ONU pour sauver votre pays. Soyez digne sachez que certain y ont laissé leur vie.