preloader

Article

Africa CEO Forum : à Abidjan, la souveraineté économique au cœur du débat.
Africa CEO Forum : à Abidjan la souveraineté économique au cœur du débat.

Africa CEO Forum : à Abidjan, la souveraineté économique au cœur du débat.

13062022_ceremonieouv-37-scaled
Alassane Ouattara, le 13 juin 2022, lors de la cérémonie d'ouverture du CEO Forum à Abidjan. © Elodie Martial pour JA.
ceoforum-1256x628
Amir Ben Yahmed, directeur général de Jeune Afrique Media Group et président de l’Africa CEO Forum, le 13 juin lors de la cérémonie d’ouverture. © Elodie Martial pour JA.
Africa CEO Forum à Abidjan, la souveraineté économique au cœur du débat_13062022_2
Africa CEO Forum à Abidjan, la souveraineté économique au cœur du débat_13062022_3
Africa CEO Forum à Abidjan, la souveraineté économique au cœur du débat_13062022_4
Africa CEO Forum à Abidjan, la souveraineté économique au cœur du débat_13062022_5
Africa CEO Forum à Abidjan, la souveraineté économique au cœur du débat_13062022_6
Africa CEO Forum à Abidjan, la souveraineté économique au cœur du débat_13062022_7
Africa CEO Forum à Abidjan, la souveraineté économique au cœur du débat_13062022_8
ceoforum-1256x628

Africa CEO Forum : à Abidjan, la souveraineté économique au cœur du débat.

Après des crises successives, tant à l’échelle mondiale que régionale, les décideurs politiques et économiques du continent se rencontrent les 13 et 14 juin pour mettre en place des stratégies pouvant raviver durablement la croissance africaine.

Amir Ben Yahmed, directeur général de Jeune Afrique Media Group et président de l’Africa CEO Forum, le 13 juin lors de la cérémonie d’ouverture. © Elodie Martial pour JA

L’Africa CEO Forum est de retour. Pour la première fois depuis 2019, le plus grand rassemblement du secteur privé africain se tient en présentiel, ces 13 et 14 juin au Sofitel Ivoire d’Abidjan. Y sont attendus plus de 1 500 participants, parmi lesquels les dirigeants des plus grandes entreprises africaines et internationales mais aussi des chefs d’État et de gouvernement.

Durant ces deux jours, il sera question, au fil des discussions, de souveraineté économique de l’Afrique, alors que la crise du Covid-19, qui a profondément bouleversé les économies et les chaînes d’approvisionnement mondiales, et les conséquences de la guerre en Ukraine ont montré la trop grande dépendance du continent vis-à-vis du reste du monde, y compris pour ses besoins les plus vitaux.

Qu’il s’agisse de réduire le déficit commercial pour les denrées alimentaires (prévu à 110 milliards de dollars d’ici à 2025), de reprendre le contrôle des données numériques (dont 80 % sont stockées hors d’Afrique) ou de fabriquer localement des médicaments, la quête d’une plus grande autonomie économique devient un élément central des politiques publiques sur le continent.

Des stratégies dont la mise en œuvre doit cependant reposer sur un dialogue public-privé solide impliquant les champions africains d’aujourd’hui et préparant le terrain pour ceux de demain, comme le démontrent les récents succès du Maroc dans la logistique et du Nigeria dans le secteur du ciment.

Comment les économies africaines peuvent-elles émerger des chocs mondiaux ? Quels secteurs les États doivent-ils cibler dans leur quête de souveraineté, et quel impact cela peut-il avoir sur la mise en place du marché commun africain ? Comment le secteur privé africain peut-il contribuer à l’autosuffisance alimentaire du continent ? Ou encore, comment africaniser le financement des grands projets d’infrastructures ? Voilà autant de questions auxquelles la communauté Africa CEO Forum tentera de proposer des solutions.

Cette édition 2022, qui marquera par ailleurs les dix ans de ce rendez-vous, le plus important du secteur privé africain, sera aussi l’occasion pour les leaders politiques et économiques de discuter de la transition énergétique et des opportunités historiques que ce défi mondial offre au continent riche en matières premières indispensables à la production d’énergies propres.

Ouattara, Sall, Bazoum… les chefs d’État présents

Alassane Ouattara, le 13 juin 2022, lors de la cérémonie d'ouverture du CEO Forum à Abidjan. © Elodie Martial pour JA
Alassane Ouattara, le 13 juin 2022, lors de la cérémonie d’ouverture du CEO Forum à Abidjan. © Elodie Martial pour JA

Sont ainsi attendus au Sofitel Ivoire d’Abidjan: le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara, le Sénégalais Macky Sall, le Nigérien Mohamed Bazoum, le Mauritanien Mohamed Ould Ghazouani, le Ghanéen Nana Akufo-Addo, ou encore le vice-président nigérian Yemi Osinbajo. Et parmi les décideurs de la sphère économique présents : Ralph Mupita, CEO de MTN ; Abdul Samad Rabiu, PDG de BUA Group ; Delphine Traoré, directrice générale d’Allianz Africa ; ou encore Ade Ayeyemi, directeur général d’Ecobank.

Par ailleurs, cette année, l’événement accueillera pour la première fois les dirigeants et les fondateurs des principales licornes pionnières d’Afrique. Parmi elles : Kobo360, Sendy, Farmerline, InTouch, MaxAB ou encore Daystar Power.

Développement économique de l'Afrique : la 8e édition de l'AFRICA CEO FORUM s'ouvre à Abidjan, en présence des Présidents Alassane Ouattara et Nana Akufo-Addo.

La 8ème édition de l’AFRICA CEO FORUM s’est ouverte le lundi 13 juin 2022 à Abidjan, en présence des présidents Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire, Nana Akufo-Addo du Ghana, de plusieurs chefs de gouvernements, de patrons d’entreprises, et d’hommes d’affaires d’Afrique.

Cette 8e édition de l’AFRICA CEO FORUM, autour du thème « Souveraineté, croissance verte et transformation industrielle : les nouvelles routes de la prospérité africaine », va s’atteler à proposer de nouvelles routes pour la croissance africaine.

Le président Alassane Ouattara a salué le retour à Abidjan de ce grand rendez-vous du secteur privé africain.

Le Chef de l’Etat ivoirien a invité les participants de ce grand rendez-vous économique à en faire une opportunité d’échanges autour des défis auxquels sont confrontés les pays africains notamment du fait de la pandémie Covid 19 et de la crise en Ukraine.

Les impacts de cette crise sont perceptibles à travers le monde avec une inflation générale, la hausse du coût du pétrole et de certaines matières premières agricoles.

L’Afrique reste l’une des zones économiques les plus prometteuses du monde. Elle dispose de tous les prérequis pour une croissance accélérée : 60% des terres arables, d’abondantes ressources minières et énergétiques, une jeunesse dynamique, etc.

Mais les défis à relever demeurent immenses.

Pour le Directeur général de la Société Financière Internationale (SFI), Makhtar Diop. L’Africa Ceo Forum est une opportunité unique pour les pouvoirs publics et le secteur privé d’échanger autour de la transformation structurelle de l’économie par l’industrialisation, le développement de compétences dans les technologies de l’information, les sciences, les technologies, l’intelligence artificielle, etc.

Qu’il soit question de croissance durable, de création d’emplois ou d’accompagner le développement de champions nationaux et régionaux, l’AFRICA CEO FORUM entend œuvrer au dialogue public-privé plus que jamais primordial pour façonner une Afrique souveraine et autonome.

Notamment, le développement d’un secteur privé africain, moteur d’une croissance économique durable et inclusive, l’accélération du commerce intra-africain, s’élevant à ce jour autour 16%, le renforcement de la position commerciale du continent sur le marché mondial afin d’atteindre un volume des échanges interafricains de 60% d’ici à 2034.

Makhtar Diop a salué la mise en place de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf). Et souhaité qu’elle favorise le développement de champions nationaux et régionaux.

Lancé en 2012, à l’initiative de Jeune Afrique Media Group et la Société Financière Internationale (IFC), le  »Africa CEO Forum » se positionne aujourd’hui comme un rendez-vous incontournable pour les chefs d’entreprises, les investisseurs, les start-up et les décideurs politiques pour saisir les opportunités d’investissement et de développement économique sur le continent.

1 500 chefs d’entreprises, investisseurs et décideurs politiques venus d’Afrique et du monde entier prennent part à l’événement. Deux jours de conférences, de débats et de rencontres de très haut niveau seront dédiés à mettre en lumière le rôle moteur du secteur privé dans le développement du continent.

Africa CEO Forum à Abidjan : le Premier ministre Patrick Achi présente les opportunités d'investissement en Côte d'Ivoire et rassure les investisseurs

« D’importantes réformes structurelles et sectorielles destinées à améliorer l’environnement des affaires et installer la Côte d’Ivoire comme un véritable moteur de l’économie africaine, ont été entreprises avec une célérité saluée par la communauté internationale. », a déclaré le Premier ministre Patrick Achi.

Il s’exprimait dans le cadre des sessions «Invest In», qui se sont tenues en marge de Rassemblement annuel de référence du secteur privé africain, l’Africa CEO Forum ce lundi 13 juin 2022 à Abidjan-Plateau.

Selon le chef du gouvernement, depuis 2011, vous le savez, la Côte d’Ivoire a mené d’arrache pied des réformes majeures qui ont permis de rétablir avec succès la paix, la stabilité et la sécurité, puis d’engager le pays sur la voie d’une reconstruction rapide et durable, d’une transformation économique et d’un développement social qui ont permis d’améliorer significativement le bien-être des populations.

 »Au total, la mise en œuvre de plus de 85 réformes a permis à la Côte d’Ivoire de devenir l’une des économies les plus dynamiques d’Afrique et du monde, avec un taux de croissance annuel moyen de 8% sur la période 2012-2019. » a soutenu le Premier ministre.

À en croire Patrick Achi, en l’espace d’une décennie, le PIB par habitant a doublé, faisant de la Côte d’Ivoire le premier pays d’Afrique de l’Ouest et l’un des pays les plus performants au monde pour la rapidité de sa progression.

Poursuivant dans son intervention, le Premier ministre a expliqué que dans la tempête liée à la pandémie de la Covid-19, là où de nombreuses nations connaissaient une crise économique profonde, la Côte d’Ivoire a su maintenir un taux de croissance positif de 2% en 2020 et enregistrer de surcroît une formidable accélération à 7,4 % en 2021.

Cela montre la résilience et la robustesse des fondamentaux du pays, tout comme la formidable dynamique de l’économie ivoirienne. Ce que souligne bien le dernier classement d’octobre 2021 de l’indicateur de risque pays de l’OCDE : celui-ci, en passant de 6 à 5, a propulsé la Côte d’Ivoire dans le Top 5 du classement des pays africains les mieux notés.

 »Nous voulons réaliser 100 % de première transformation d’ici 2030 sur notre production de cacao.

En y parvenant, et en captant ainsi autour de 25% de la valeur mondiale du cacao d’ici 10 ans, cela générerait des revenus supplémentaires de plus de 45 milliards de dollars par rapport à 2020, soit l’équivalent de près de 75% de notre PIB de 2020. » a révélé Patrick Achi.

Il a rassuré que cette économie ivoirienne veut devenir un hub majeur du continent africain et au cœur des relations performantes entre les grandes zones économiques mondiales. C’est pourquoi il a exhorté les investisseurs et entrepreneurs à plébisciter et à rejoindre ce hub, pour participer à son dynamisme, à ses projets d’envergure, à sa soif d’avenir et de progrès.

Ce panel de haut niveau a été le lieu pour des ministres du gouvernement ivoirien de présenter les opportunités d’investissement dans le secteur de l’Agriculture, de la Santé, du Tourisme et de la Construction et Logement.

La 8ème édition de Africa CEO Forum se tient du 13 au 14 juin 2022 autour du thème « Souveraineté, croissance verte et transformation industrielle : les nouvelles routes de la prospérité africaine » au Sofitel hôtel ivoire à Abidjan-Cocody en présence de plusieurs chefs d’Etats et acteurs du secteur privé.

Cyprien K.

Ouverture à Abidjan d'Africa CEO Forum 2022 sur fond de crise en Ukraine.

L’édition 2022 d’Africa CEO Forum s’est ouverte lundi à Abidjan, en présence d’éminentes personnalités du monde économique, sur fond du conflit entre la Russie et l’Ukraine.

Le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouatta, a prononcé le discours d’ouverture de Africa CEO Forum 2022, le plus grand rendez-vous du secteur privé africain, qui se déroule les 13 et 14 juin 2022 à Abidjan.

Durant deux jours, les participants venus de divers horizons de la planète, échangeront autour du thème « Souveraineté, croissance verte et transformation industrielle : les nouvelles routes de la prospérité africaine ».

La crise russo-ukrainienne intervient dans un contexte où la pandémie de Covid-19 a relevé la vulnérabilité de la mondialisation et provoqué des perturbations dans l’approvisionnement en biens essentiels.

M. Ouattara a fait observer que la situation de la pandémie de Covid-19 a été accentuée avec la crise en Ukraine, engendrant des répercutions économiques, sociales et même financières dans le monde.

Au regard de la guerre en Ukraine, plusieurs pays ont suspendu leurs exportations pour garantir leur sécurité alimentaire et contrer la hausse des prix sur leur marché intérieur, notamment des producteurs en Inde, et pour le blé, la Hongrie, la Moldavie.

Cette situation va entraîner une inflation dans le monde, qui a poussé des entreprises à réévaluer leur indépendance aux réseaux internationaux d’approvisionnement pour assurer la pérennisation de leurs opérations.

Avec ces restrictions, l’inflation est galopante, mentionnera le président ivoirien.

L’inflation américaine a grimpé en flèche et atteint « 8,3% en avril », son rythme le plus haut depuis 40 ans, alors qu’au niveau de l’Union européenne, elle est au-delà de 5%.

Dans l’UEMOA, l’inflation généralement de 3%, a doublé et a atteint le niveau de 6,4% au premier trimestre 2022, entraînant une baisse du pouvoir d’achat, mais aussi des problèmes d’utilisation de l’épargne et d’emprunt des capitaux à l’extérieur.

Les banques centrales sont, de ce fait, sont confrontées à des décisions difficiles.

Selon M. Ouattara, elles doivent choisir avec vivre avec l’inflation élevée ou augmenter les taux directeurs pour maîtriser l’inflation.

Pour contenir la situation, la banque centrale du Nigéria a augmenté ses taux de 150 points de base, tandis que le Ghana, lui a relevé ses taux de 450 points de base et la BCEAO de 25 points de base.

« Tout cela, a une implication sur l’inflation, en espérant que cela ira dans le bon sens, mais également sur le pouvoir d’achat et sur l’épargne intérieure », a-t-il indiqué, ajoutant que cela « impacte le financement de nos économies ».

« Nous sommes préoccupés par le ralentissement de la croissance mondiale et le problème de disponibilité de certains produits pour l’Afrique, tels que le blé et les engrais, et la poussée inflationniste alimentée par l’augmentation des prix du carburant », a-t-il poursuivi.

Le thème retenu, pour le chef de l’Etat ivoirien, permet également de mettre le focus sur « le rôle moteur que doit jouer le secteur privé dans le développement de l’Afrique à travers la production et la transformation locale de nos produits de première nécessité ».

La Côte d’Ivoire, en abritant ce forum, veut capter des investisseurs. M. Ouattara a présenté le Plan national de développement (Pnd, 2021-2025), d’un portefeuille de 59 000 milliards Fcfa dont les trois quarts sont attendus du secteur privé.

AP/ls/APA