preloader

Article

Côte d’Ivoire : Entrée en service du second terminal à conteneurs du port d’Abidjan.
Côte d’Ivoire : Entrée en service du second terminal à conteneurs du port d’Abidjan.

Côte d’Ivoire : Entrée en service du second terminal à conteneurs du port d’Abidjan.

ImageNewsGet
Côte d’Ivoire : Entrée en service du second terminal à conteneurs du port d’Abidjan.
Entree_service_second_terminal_Abj_PAA_15
Entree_service_second_terminal_Abj_PAA_14
Entree_service_second_terminal_Abj_PAA_13
Entree_service_second_terminal_Abj_PAA_12
Entree_service_second_terminal_Abj_PAA_11
Entree_service_second_terminal_Abj_PAA_9
Entree_service_second_terminal_Abj_PAA_8

Côte d’Ivoire : Entrée en service du second terminal à conteneurs du port d’Abidjan..

Après le succès de plusieurs escales tests réalisées à la mi-octobre dernier, le second terminal à conteneurs du Port autonome d’Abidjan (PAA) a été mise en service ce 2 novembre par Côte d’Ivoire Terminal, le concessionnaire, indique un communiqué.

Le port d’Abidjan double sa capacité avec un 2ème terminal à conteneurs.

Ce démarrage officiel des activités commerciales a été marqué par l’accueil du navire CMA CGM ROSSINI, de 267 mètres de longueur, 40 mètres de largeur et d’une capacité de 5 770 conteneurs.

D’un coût d’investissement global de 596 milliards FCFA (908 millions d’euros), dont 334 milliards FCFA dédiés aux travaux de terrassement à la charge du PAA et 262 milliards FCFA consacrés aux superstructures, ce nouveau terminal a une superficie de 37,5 hectares.

De nouveaux équipements pour le second port à conteneurs d’Abidjan bientôt opérationnel

Il dispose de 1 100 mètres de quai, avec 16 mètres de tirant d’eau et est doté d’équipements modernes lui permettant de traiter annuellement 1,5 millions de conteneurs.

La nouvelle infrastructure concentre toutes les dernières innovations, notamment une gestion automatisée des guérites et un système de prise de rendez-vous en ligne, afin de faciliter la livraison et l’enlèvements des conteneurs dans les meilleurs délais et en toute sécurité.

Sa mise en service va permettre d’une part, d’accroître les échanges entre la Côte d’Ivoire et la sous-région et d’autre part, le renforcement du corridor Côte d’Ivoire – Burkina Faso – Mali.

« Le lancement officiel des activités de Côte d’Ivoire Terminal marque une nouvelle étape.

Durant deux ans, nous avons travaillé à construire ce nouveau terminal à conteneurs afin de mettre à la disposition du Port d’Abidjan une infrastructure aux standards internationaux, capable de soutenir la croissance des trafics tout en préservant l’environnement », a déclaré Koen De Backker, directeur général de Côte d’Ivoire Terminal.

Narcisse Angan

Zone de Libre-Echange et Communautés Economiques Africaines (ZLECA)

Les principaux accords douaniers et commerciaux

Depuis 1975 et la fondation du CEDEAO, les pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale se sont unis en signant différents accords : l’union douanière de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest, la CEAC ou Communauté économique des États de l’Afrique centrale, le COMESA ou Marché commun de l’Afrique orientale et australe, l’Union du Maghreb arabe, la Communauté des États sahélo-sahariens, le franc CFA généralisé dans l’UEMOA ou Union Monétaire Africaine…

Toutes ces zones de libre-échange, accords transfrontaliers et unions monétaires facilitent le transport de marchandise au sein du continent.

D’autres accords sont très attendus par le secteur du transport-logistique en Afrique. L’accord intergouvernemental sur les autoroutes africaines et la libéralisation du transport aérien pourraient grandement faciliter le fret routier et aérien.

Le point sur la ZLECA

Depuis 2021, la ZLECA ou ZLECAf (pour zone de libre-échange continentale africaine) a été mise en place pour tous les pays africains ayant ratifié l’accord. À terme, l’objectif est d’y intégrer les 55 États de l’Union Africaine, en supprimant les droits de douane pour 90% des lignes tarifaires, ce qui facilitera l’import-export entre pays d’Afrique.

Le continent africain comptant plus de 42 monnaies, la ZLECA prévoit de développer une plateforme de paiements transfrontaliers en devises locales : le PAPSS (pour Système Panafricain de Paiement et de Règlement).

L’information sur l’import-export devrait être accessible bien plus facilement, grâce à la « passerelle commerciale africaine », une plateforme numérique à guichet unique. Cette plateforme devrait détailler les réglementations appliquées aux différents produits, les procédures douanières et les transferts de paiement au sein de l’Afrique.

À terme, certains pays de l’Union Africaine espèrent unifier leur monnaie, ce qui devrait d’autant plus simplifier les flux de marchandises à l’échelle du continent.

Affaire à suivre…

Entree_service_second_terminal_Abj_PAA_8

Le nouveau terminal de conteneurs offre en effet le double de capacité du port actuel d’Abidjan. De plus, il est directement raccordé au réseau ferroviaire