preloader

Article

Côte d’Ivoire : Trois agents pris en flagrant délit de racket par Ange Kessi convoqués au Tribunal Militaire.
Côte d'Ivoire : Trois agents pris en flagrant délit de racket par Ange Kessi convoqués au Tribunal Militaire.

Côte d’Ivoire : Trois agents pris en flagrant délit de racket par Ange Kessi convoqués au Tribunal Militaire.

Trois_militaires_pris_flagrant_delit_Contre_Amiral_Ange_Kessi_RCI_2021_CIV_2
Trois_militaires_pris_flagrant_delit_Contre_Amiral_Ange_Kessi_RCI_2021_CIV_1
Le contre Amiral, magistrat Ange Kessi

Côte d'Ivoire : Trois agents pris en flagrant délit de racket par Ange Kessi convoqués au Tribunal Militaire.

Trois agents des forces de l’ordre ont été pris en flagrant délit de racket par le Commissaire du Gouvernement, le contre-Amiral, Ange Kessi.

Selon ce dernier qui revèle l’information via internet, il a effectué une mission à Daloa, Man, et Gagnoa où il dit avoir eu des séances de travail avec les présidents et procureurs des tribunaux . En marge de cette mission, il dit avoir emprunté un « massa » pour se rendre à Danané.

« Je voulais observer l'attitude des chauffeurs et la réaction des forces de l'ordre sur la route suite à plusieurs dénonciations des usagers à travers les réseaux sociaux et des plaintes portées au Tribunal.

Pour mieux comprendre ce qui se passe de part et d'autres, j’ai pris place à l'avant du véhicule tout comme un citoyen lambda.

De Man à Danané, en traversant les villages comme Kouitongouine et Gbapleu, j’ai pu observer certaines actions des forces de l'ordre et comportement des conducteurs sur la route.

J’ai été ravi de voir certains agents de la police et de la gendarmerie faire leur travail avec dévouement et d'autres par contre, friands des interdits.

Durant le voyage, je me suis retenu de descendre du véhicule pour ne pas me faire reconnaitre. J'ai pu me rendre compte des tracasseries et peiné de voir comment les passagers souffrent du simple fait d’avoir oublié leur carte d'identité », explique-t-il.

Ange Kessi affirme avoir interpellé trois agents des forces de l’ordre auxquels le conducteur du minicar a remis de l’argent aux différents barrages.

« Il est bien vrai que tout citoyen doit avoir une carte d’identité. Mais celui qui n'en a pas pourquoi devrait- il payer de l'argent ? Et cet argent sans reçu, où va-t-il ? À toutes ces questions, les trois agents convoqués répondront et nous l’expliqueront. », indique-t-il.