preloader

Article

Côte d’Ivoire : une vidéo détournée provoque une flambée de violences contre des Nigériens d’Abidjan.
Côte d’Ivoire : une vidéo détournée provoque une flambée de violences contre des Nigériens d’Abidjan.

Côte d’Ivoire : une vidéo détournée provoque une flambée de violences contre des Nigériens d’Abidjan.

Dame_responsable de la Fakes News
CaptureDAme_responsable_1
CaptureDAme_responsable_2
PLCC_n
Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (Côte d'Ivoire).
CaptureDAme_responsable_2

Côte d’Ivoire : une vidéo détournée provoque une flambée de violences contre des Nigériens d’Abidjan..

Publié le :

À gauche, capture d'écran de la vidéo détournée de son contexte ; à droite, une vidéo montrant les émeutes que sa diffusion a engendrées.
À gauche, capture d’écran de la vidéo détournée de son contexte ; à droite, une vidéo montrant les émeutes que sa diffusion a engendrées. © Twitter/Facebook

Le 19 mai, des bandes de jeunes s’en sont violemment pris à des personnes et des commerces d’Abidjan, visant particulièrement les personnes originaires du Niger. Une éruption de violence causée par la diffusion d’une vidéo montrant des hommes violemment frappés au bord d’une route, qu’une rumeur a présentés comme des Ivoiriens habitant au Niger. Or, cette vidéo n’a rien à voir avec le Niger ou la Côte d’Ivoire.

« Partager s’il vous plaît, regarde ce qu’il se passe au Niger » (sic). C’est l’injonction inscrite en rouge sur la vidéo qui a largement circulé en Côte d’Ivoire, notamment sur WhatsApp. À l’image, on voit des hommes, ligotés et allongés en groupe sur le bord d’une route, frappés à coups de bâtons par un homme en uniforme. Selon nos Observateurs, la vidéo circule depuis la semaine du 10 mai 2021 avec l’affirmation que les victimes seraient des Ivoiriens au Niger.

Capture d'écran de la vidéo ayant circulé principalement sur WhatsApp.
Capture d’écran de la vidéo ayant circulé principalement sur WhatsApp. © Voir une archive de la vidéo sur YouTube

Selon nos Observateurs mais aussi de nombreux internautes et médias ivoiriens, cette idée a engendré une vague de violences, agressions et pillages l’après-midi du 19 mai à l’encontre de Nigériens établis à Abidjan, membres de la communauté haoussa, une ethnie du sud du Niger et du nord du Nigeria.

Cette vidéo n’a pas pu être tournée au Niger

Or, un visionnage attentif de la vidéo permet de comprendre qu’elle n’a pas pu être tournée au Niger. Tout d’abord, on distingue un panneau sur lequel est écrit en anglais : « Slow down, checkpoint ahead, Operation Safe Haven », soit « Ralentissez, barrage routier, opération Havre de Paix ».

En regardant la vidéo en entier, on peut déchiffrer ce qui est inscrit sur ce panneau car certaines parties sont parfois floues.
En regardant la vidéo en entier, on peut déchiffrer ce qui est inscrit sur ce panneau car certaines parties sont parfois floues. © Twitter

La présence de ce panneau indique que la vidéo a été filmée dans un pays anglophone, ce qui permet d’ores et déjà d’exclure le Niger, où le français est la langue officielle.

D’autres indices permettent d’en savoir plus : tout d’abord, le nom « Operation Safe Haven », qui correspond à un déploiement de l’armée du Nigeria dans l’État du Plateau (centre-est) pour enrayer la violence intercommunautaire depuis 2010. Ensuite, la langue entendue dans la vidéo : le haoussa, parlé notamment dans le nord du Nigeria, qui exclut donc les autres pays anglophones de la région.

Ces éléments indiquent que les images viennent très probablement du Nigeria. Les autorités ivoiriennes ont avancé qu’elles dataient d’il y a deux ans et qu’elles montreraient une opération visant Boko Haram au Nigeria. Notre rédaction n’a pas pu vérifier de façon indépendante où, quand et dans quel contexte elles ont été filmées.

Les Nigériens d’Abidjan visés par les violences

La diffusion de cette vidéo sortie de son contexte, assortie parfois à des appels directs à s’en prendre aux Nigériens d’Abidjan, a engendré des vagues d’agressions visant cette communauté mercredi 19 mai.

67672
Ahoussa VS Ivoiriens: Voici comment Fofana nawa incitait à la ha!ne.