preloader

Article

La zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) entre en vigueur ce 1er janvier 2021.
La Zlecaf entre en vigueur ce 1er janvier 2021

La zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) entre en vigueur ce 1er janvier 2021.

La Zone_libre_échange_continentale_africaine_(Zlecaf)_CIV_1

La Zone de libre-échange continentale africaine entre en vigueur ce 1er janvier 2021.

La Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) entre officiellement en vigueur ce 1er janvier 2021. Ratifié jusqu'à présent par 34 pays, le traité est censé instaurer la plus vaste zone de libre-échange au monde, avec 1,2 milliard de personnes potentiellement concernées. L'idée étant d'accroître le commerce intra-africain et d'y développer les richesses. La Zlecaf prévoit d'ici 15 ans au maximum la suppression de 90% des taxes douanières sur les biens et les services. Et, d'ici là, le chemin est encore long.

C'est une date symbolique et qui restera gravée dans l'histoire de l'intégration africaine. Ce 1er janvier 2021, les 34 pays ayant déjà ratifié le traité instaurant la zone de libre-échange (Zlecaf) commencent à commercer selon de nouvelles règles.

En pratique, rien ne change dans l'immédiat. Car la Zlecaf est en cours de construction, et de nombreux points restent à négocier. Mais on connaît au moins l'horizon : d'ici 15 ans au maximum, les pays devront avoir aboli entre 85% et 90% des tarifs douaniers sur les biens et les services qu'ils échangent.

Le commerce africain reste tourné vers l'extérieur du continent

Entre-temps, il faudra avoir déterminé ce que l'on appelle les offres tarifaires, c'est-à-dire les calendriers de baisses des droits de douane et les catégories de produits concernés. Il faudra aussi avoir fixé la règle d'origine, à savoir le niveau de la part africaine contenue dans un produit manufacturé.

Pour l'heure, le commerce africain est tourné vers l'extérieur. Les échanges entre nations africaines ne représentent que 16% de leur total. En Europe et en Asie, le taux dépasse largement 60%. L'objectif de l'Union africaine est donc de faire progresser ces échanges pour créer davantage de richesses. Le but est aussi de convaincre les industriels du monde entier de venir produire en Afrique, sur un marché intégré et ouvert d'un milliard deux cents millions de consommateurs.