preloader

Article

Le Conseil constitutionnel valide la réélection d’Alassane Ouattara pour le 1er mandat de la 3ème République.
Le Conseil constitutionnel valide la réélection d’Alassane Ouattara

Le Conseil constitutionnel valide la réélection d’Alassane Ouattara pour le 1er mandat de la 3ème République.

Le conseil constitutionnel valide election Presidentielle_CIV_1

Côte d’Ivoire : le Conseil constitutionnel valide la réélection d’Alassane Ouattara.

Ce lundi 9 novembre 2020, le Conseil constitutionnel de Côte d’Ivoire a officiellement validé les résultats de l’élection présidentielle proclamés, quelques jours plus tôt, par la Commission électoral indépendante (CEI). Alassane Ouattara s’apprête donc à se passer service, le 14 décembre 2020.

Le processus électoral à problèmes, enclenché depuis quelques semaines en Côte d’ivoire, vient de connaître son aboutissement. Un aboutissement deviné depuis fort longtemps par tout le monde. Sans aucune surprise, en effet, le Conseil constitutionnel a approuvé, ce lundi 9 novembre 2020, les résultats de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 donnant pour élu, au premier tour, Alassane Ouattara, avec 94,27 % des suffrages exprimés. Le premier conseil des ministres après cette validation des résultats de l’élection par le juge constitutionnel devra se tenir demain, mardi 10 novembre 2020, à la Primature.

En attendant, la prestation de serment prévue pour le 14 décembre 2020, le chef de l’Etat ivoirien s’adresse à ses compatriotes, ce soir à partir de 20H00, heure locale, en direct de la télévision nationale, RTI, selon les médias locaux. Que va dire Alassane Ouattara aux Ivoiriens ? Va-t-il tenter de calmer les tensions que son passage en force vers le troisième mandat a générées dans le pays ? Ou alors, va-t-il jeter de l’huile sur le feu ?

En tout cas, à l’heure actuelle, le Président ivoirien aurait grand intérêt à ramener la balle à terre, et à encourager le dialogue entre le RHDP et l’opposition dont les leaders, accusés d’actes séditieux, ont été arrêtés. Les plus en vue parmi les opposants arrêtés sont : Maurice Guikahué, secrétaire exécutif du PDCI, et Pascal Affi N’Guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI). Mabri Toikeusse demeure, quant à lui, introuvable pour le moment.