preloader

Article

Mali-Côte d’Ivoire : le retrait des soldats ivoiriens de la MINUSMA décidé par le Président Ouattara.
Mali-Côte d'Ivoire : le retrait des soldats ivoiriens de la MINUSMA décidé par le Président Ouattara.

Mali-Côte d’Ivoire : le retrait des soldats ivoiriens de la MINUSMA décidé par le Président Ouattara.

Alassane-Ouattara
Mali-Côte d'Ivoire : le retrait des soldats ivoiriens de la MINUSMA décidé par le Président Ouattara.
photo_1658141729
000_94C84Q

Mali-Côte d'Ivoire : le retrait des soldats ivoiriens de la MINUSMA décidé par le Président Ouattara.

Les autorités de la Côte d’ivoire veulent emboîter le pas de certains pays comme la France et l’Allemagne qui avaient de retirer leurs troupes du territoire malien en refusant la collaboration avec la société de sécurité Russe Wagner dans la lutte contre le terrorisme . Entre le numéro 1 ivoirien et la junte conduite par le colonel Assimi Goita, rien ne va.En effet c’est dans ce contexte délétère qu’Abidjan qui ne parle plus le même langage que son voisin depuis l’arrestation pour mercenariat d’un contingent de 49 éléments des forces spéciales le 10 juillet dernier à l’aéroport international Modibo Keita de Bamako revoit sa position quant à la participation de ses hommes au sein de la Minusma. 46 membres restent détenus toujours au Mali malgré les différentes interventions de la communauté internationale.C’est donc de bonne guerre que cette décision soit prise par le président de la République de Côte d’ivoire qui a fait preuve de patience jusque là en dépit de la forte pression de l’opinion nationale .Nombreux seront les citoyens ivoiriens qui se réjouiront de ce retour au bercail des soldats.

La Côte d'Ivoire annonce le retrait progressif de son contingent au sein de l'ONU au Mali

Un avion à l'aéroport de Bamako, au Mali, le 5 mars 2021.
Un avion à l’aéroport de Bamako, au Mali, le 5 mars 2021. © AFP (Archive)

Selon une lettre de son ambassadeur aux Nations unies, la Côte d’Ivoire retirera progressivement sa contribution militaire et policière à la force de maintien de la paix des Nations unies au Mali (Minusma), après qu’une quarantaine de soldats ont été arrêtés au Mali, en juillet, accusés d’être des mercenaires.

De son côté, la Côte d’Ivoire, qui appelle à leur libération, affirme que ces soldats font partie d’un contingent de sécurité et de logistique travaillant dans le cadre de la mission de maintien de la paix.

Abidjan a informé les Nations unies qu’elle stoppait la rotation des troupes et qu’elle ne remplacerait pas le personnel au sein de la Minusma, en août 2023. Une décision confirmée par deux sources sécuritaires ivoiriennes de haut niveau.

La Minusma et les gouvernements malien et ivoirien n’ont pour l’instant pas commenté cette décision.

Après la France, qui a achevé le retrait des derniers soldats de l’opération Barkhane cet été, la Grande-Bretagne a annoncé lundi qu’elle allait retirer ses troupes et ses moyens logistiques engagés en soutien de la Minusma.

Le départ des troupes étrangères du Mali s’accélère depuis que Bamako a fait appel au groupe de mercenaires russes Wagner et alors que la situation sécuritaire de détériore rapidement dans le nord et le centre du pays.

Depuis une décennie, le Mali s’appuie sur ses alliés régionaux et sur les casques bleus pour contenir une insurrection islamiste qui a fait des milliers de victimes dans le pays.

Avec Reuters    Fichier:FRANCE24.svg — Wikipédia

Mali- Soldats ivoiriens détenus: La Côte d’Ivoire se retire de la MINUSMA

La Côte d’Ivoire va engager le retrait progressif de ses militaires et policiers du Mali
La Côte d’Ivoire va se retirer de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA ), une opération de maintien de la paix des Nations unies au Mali.

Le 10 juillet 2022, 49 soldats ivoiriens en mission de sécurisation au Mali, ont été arrêtés dès leur arrivée à l’aéroport de Bamako, puis placés sous mandat de dépôt pour atteinte à l’intégrité de l’État malien.

 

Alors que la Côte d’Ivoire ne cesse de dire que ses soldats arrêtés, étaient présents au Mali dans le cadre d’un appui logistique pour le compte de la MINUSMA, la junte militaire au pouvoir, elle, accuse ces soldats ivoiriens d’être des « mercenaires en mission de déstabilisation ».

Et depuis lors, 46 militaires ivoiriens sur les 49 (les 3 femmes ayant été libérées pour raison humanitaire ) sont détenus au Mali malgré la médiation entamée par le président togolais Faure Gnassingbé qui n’a pas encore réussi à faire entendre raison au régime militaire de Assimi Goïta.

Dans une note diplomatique adressée au Bureau du Secrétaire général adjoint aux Opérations de paix des Nations Unies à New York, la mission permanente de la Côte d’Ivoire informe de sa décision de retrait progressif de ses personnels militaires et de police déployés au sein de la MINUSMA.

Par David Yala  Actualité ivoirienne, informations de Côte d’Ivoire et d’Afrique.