preloader

Article

Plus de 30 000 litres de gasoil saisis à la frontière ivoiro-ghanéenne.
Plus de 30 000 litres de gasoil saisis à la frontière ivoiro-ghanéenne.

Plus de 30 000 litres de gasoil saisis à la frontière ivoiro-ghanéenne.

plus-de-30-000-litres-de-gasoil-saisis-a-la-frontiere-ivoiro-ghaneenne_monklls53i
De nombreux véhicules et des tricycles vont charger du carburant en Côte d'Ivoire pour le Ghana. "Ce carburant est vendu au Ghana à 1500 FCFA voir 1800 FCFA le litre contre 615 FCFA en Côte d'Ivoire";

Plus de 30 000 litres de gasoil saisis à la frontière ivoiro-ghanéenne.

© AIP PAR DR PLUS DE 30 000 LITRES DE GASOIL SAISIS À LA FRONTIÈRE IVOIRO-GHANÉENNE

Au total 1 265 bidons de 25 litres remplis de gasoil dans des camions et tricycles ont été saisis à la frontière ivoiro-ghanéenne, près de Bondoukou, a annoncé le commissaire divisionnaire de police, préfet de police Bouadou Blaise Angbonon, vendredi 29 juillet 2022.

Du 27 au jeudi 28 juillet 2022, à quelques mètres de la frontière, un camion de 10 T en partance pour le Ghana avec 890 bidons de 25 l de gasoil, deux chargements de tricycles chargés de 30 bidons de 25l et 165 bidons du même type en cours de chargement ont été interceptés.

Ces trafiquants ont pris la fuite après avoir été repérés par la police de Bondoukou. « Ces individus ont abandonné ces engins et camions », a-t-il dit.

Selon le préfet de police de Bondoukou, chaque jour, de nombreux véhicules et des tricycles vont charger du carburant en Côte d’Ivoire pour le Ghana.

« Ce carburant est vendu au Ghana à 1500 FCFA voir 1800 FCFA le litre contre 615 FCFA en Côte d’Ivoire », a-t-il révélé.

C’est cette marge que certains individus récupèrent sur le dos de l’économie ivoirienne, a-t-il ajouté, dénonçant « une ruée de trafiquants de carburant vers le Ghana ».

Pour contrer ce phénomène, le commissaire divisionnaire de police prône une collaboration franche avec la population pour dénoncer ces pratiques qui tuent l’économie.

Ces saisies ont été opérées dans le contexte de l’opération « vacances sécurisées » qui a induit le renforcement des patrouilles le long de la frontière avec le Ghana.

Ces contrebandiers encourent des peines de prison lorsqu’ils seront arrêtés, a averti le préfet de police.

(AIP) nmfa/cmas.