preloader

Article

Washington , DC : La Côte d’Ivoire préside le G24.
Washington DC : La Côte d'Ivoire préside le G24.

Washington , DC : La Côte d’Ivoire préside le G24.

635001be45c0a_actuimage
Washington , DC : La Côte d'Ivoire préside le G24.
635003198043b_actuimage
Le ministre ivoirien de l'Économie et des Finances, Adama Coulibaly échange avec la directrice générale du Fonds monétaire international (Fmi), Kristalina Georgieva.

Washington, DC : La Côte d'Ivoire préside le G24.

Une délégation du gouvernement ivoirien, conduite par le Premier ministre Patrick Achi, a pris part aux Assemblées annuelles de la Banque mondiale et du Fmi tenues à Washington DC.

Pour les douze prochains mois, la Côte d’Ivoire assurera la présidence du groupe des ministres chargés des Finances et des gouverneurs de banques centrales des pays dits G24.

L’annonce a été faite à l’issue de la dernière réunion de l’organisation, le 11 octobre, à Washington DC

.

Créé par le groupe de pays en développement (le groupe des 77), le Groupe des vingt-quatre (G24) coordonne la position de ceux- ci devant la puissance du G8.

Le ministre ivoirien de l’Économie et des Finances, Adama Coulibaly, a dit sa gratitude de voir son pays prendre le relais à la tête de l’organisation.

Il a également assuré l’assemblée de son engagement à œuvrer pour le renforcement de mesures favorables à une croissance inclusive et à la transformation de l’économie des pays émergents et en développement, en vue de réduire les inégalités et la pauvreté par des programmes créateurs d’emplois.

En dehors de cette annonce d’importance pour la Côte d’ivoire, il y avait un agenda chargé pour les participants.

Au menu des échanges avec la directrice générale du Fonds monétaire international (Fmi), Kristalina Georgieva et le président de la Banque mondiale, David Malpass, principalement sur le thème : « Assurer une reprise durable post-pandémie en période d’incertitude »

D’autres points, tels que le rapport des suppléants ainsi que les questions administratives et la validation du communiqué du groupe, ont été abordés.

Mauvaises prévisions du Fmi 

Selon la représentante du Fmi, les prévisions sur l’économie mondiale ne sont pas bonnes, du fait de l’inflation en cours et d’autres facteurs tels que la hausse du cours du dollar.

Face à cette zone de turbulences, Kristalina Gorgieva a recommandé la protection des populations les plus faibles par le déploiement de solutions adaptées et ciblées.

En retour, David Malpass a relevé l’augmentation des coûts des intrants agricoles et les effets du changement climatique et leur impact sur l’agriculture.

Constat qui, selon lui, requiert une surveillance de la sécurité alimentaire et la viabilité de la dette des États.

UNE CORRESPONDANCE PARTICULIÈRE DE SÉRY POUAMON  À WASHINGTON. DC