preloader

Article

Why Africa’s top CEOs are so hyped on Côte d’Ivoire.
Why Africa’s top CEOs are so hyped on Côte d’Ivoire.

Why Africa’s top CEOs are so hyped on Côte d’Ivoire.

32722659364_f891a7ecaa_h-e1655470375440
Why Africa’s top CEOs are so hyped on Côte d’Ivoire.

Why Africa’s top CEOs are so hyped on Côte d’Ivoire. (voir version Française ci-dessous)

Côte d’Ivoire is reclaiming its reputation as a top investment destination in Francophone Africa, and on the continent as a whole.

That’s according to the 2022 CEO Barometer Survey recently released at the Africa CEO Forum in Abidjan, an event that brought together close to 2,000 political, business, and thought leaders. The forum is the largest annual gathering of Africa’s private sector.

The report, issued by Deloitte in partnership with the Africa CEO Forum, ranks Côte d’Ivoire first in attractiveness (link in French) as an investment destination, followed by Ghana and Nigeria. Despite challenges brought by the pandemic and the war in Ukraine, 78% of the 200 CEOs interviewed said they are confident in the prospects for their sectors.

Why do business in Côte d’Ivoire?

From its independence in 1960 up until its first and second civil wars (2002-2007 and 2010-2011), Côte d’Ivoire was a regional powerhouse, with a strong economy that relied heavily on exporting agricultural commodities for its growth. But during those years of conflict, and afterwards, financing opportunities grew scarcer, and many businesses left the country for safer regional hubs.

More recently, companies have started to move back thanks to political stability, and thanks to government policies designed to attract them. “In the past six years, everything has changed,” says Astou Dia, the Senegalese co-founder of startup accelerator Impact Hub Abidjan and a founder at business advisory firm A to A Partners. Dia says Côte d’Ivoire is becoming a natural growth market for startups from Nigeria, Ghana, Senegal and other parts of the region; the country has the largest population and largest economy in Francophone west Africa.

Indeed, high-profile CEOs aren’t the only leaders eyeing the country. Alloysius Attah, co-founder and CEO of Farmerline, is just one example of an entrepreneur whose startup is expanding into Côte d’Ivoire. Attah’s Ghana-based ag-tech firm is using part of $12.9 million it raised in April to launch Ivorian operations.

“We’ve been considering Ivory Coast for the past five years—studying the market, building partnerships,” Attah tells Quartz. “Ivory Coast is very similar to Ghana as far as agriculture is concerned. Francophone Africa is often left behind when it comes to ag-tech. For us, it’s a greenfield and an opportunity for us to expand.”

Earlier this year, Wasoko, a  Nairobi-based B2B e-commerce company, also expanded from Kenya to Cote d’Ivoire and Senegal.

How to bring in business

Part of the draw of Côte d’Ivoire for startups are recent government reforms geared at serving business interests. Between 2010 and 2019, Côte d’Ivoire moved up 60 spots in the World Bank Ease of Doing Business rankings, from No. 170 (out of 190 countries) to No. 110. Last year, the country implemented a startup act that minimizes the regulatory and administrative hurdles of running a startup.

Among other measures, the government has simplified the tax structure for startups, and theoretically made it possible to register a new business within 48 hours. Obtaining residency permits for non-Ivorians is also relatively straightforward, Dai says.

It doesn’t hurt that there are so many opportunities for innovation on the continent right now. Speaking at the Africa CEO Forum, Deloitte risk advisory leader Aristide Outtara said the CEOs surveyed are focused on digital payments, AI, and automation. Blockchain and crypto also got a few shout-outs.

Why Africa’s top CEOs are so hyped on Côte d’Ivoire

Pourquoi les meilleurs PDG d'Afrique sont si enthousiasmés par la Côte d'Ivoire

La Côte d’Ivoire reconquiert sa réputation de première destination d’investissement en Afrique francophone, et sur le continent dans son ensemble.

C’est ce que révèle l’enquête Baromètre des PDG 2022 récemment publiée lors de l’Africa CEO Forum à Abidjan, un événement qui a réuni près de 2 000 leaders politiques, commerciaux et d’opinion.

Le forum est le plus grand rassemblement annuel du secteur privé africain.

Le rapport, publié par Deloitte en partenariat avec l’Africa CEO Forum, classe la Côte d’Ivoire au premier rang en termes d’attractivité (lien en français) en tant que destination d’investissement, suivie du Ghana et du Nigeria.

Malgré les défis posés par la pandémie et la guerre en Ukraine, 78% des 200 PDG interrogés se disent confiants dans les perspectives de leurs secteurs.

2022 Deloitte Africa CEO Barometer Survey

Attractiveness as an investment/expansion destination

Table with 2 columns and 11 rows. Currently displaying rows 1 to 11.
Rank Country
1 Côte d’Ivoire
2 Ghana
3 Nigeria
4 Senegal
5 Kenya
6 Rwanda
7 Morocco
8 Tanzania
9 Togo
10 South Africa
10 Benin

Quartz | qz.com  Data: Deloitte and The Africa CEO Forum

Pourquoi faire des affaires en Côte d’Ivoire ?

De son indépendance en 1960 jusqu’à ses première et deuxième guerres civiles (2002-2007 et 2010-2011), la Côte d’Ivoire était une puissance régionale, avec une économie forte qui dépendait fortement de l’exportation de produits agricoles pour sa croissance.

Mais pendant ces années de conflit, et après, les opportunités de financement se sont raréfiées et de nombreuses entreprises ont quitté le pays pour des centres régionaux plus sûrs.

Plus récemment, les entreprises ont commencé à reculer grâce à la stabilité politique, et grâce aux politiques gouvernementales destinées à les attirer.

« Au cours des six dernières années, tout a changé », déclare Astou Dia, cofondatrice sénégalaise de l’accélérateur de startups Impact Hub Abidjan et fondatrice du cabinet de conseil aux entreprises A to A Partners.

Dia affirme que la Côte d’Ivoire est en train de devenir un marché de croissance naturel pour les startups du Nigeria, du Ghana, du Sénégal et d’autres parties de la région ; le pays a la plus grande population et la plus grande économie de l’Afrique de l’Ouest francophone.

En effet, les PDG de haut niveau ne sont pas les seuls dirigeants à surveiller le pays. Alloysius Attah, co-fondateur et PDG de Farmerline, n’est qu’un exemple d’entrepreneur dont la startup se développe en Côte d’Ivoire.

La société agro-technologique d’Attah, basée au Ghana, utilise une partie des 12,9 millions de dollars qu’elle a levés en avril pour lancer des opérations ivoiriennes.

« Nous envisageons la Côte d’Ivoire depuis cinq ans – en étudiant le marché, en établissant des partenariats », a déclaré Attah à Quartz.

« La Côte d’Ivoire ressemble beaucoup au Ghana en ce qui concerne l’agriculture. L’Afrique francophone est souvent laissée pour compte en matière d’ag-tech. Pour nous, c’est un terrain vierge et une opportunité pour nous de nous développer.

Plus tôt cette année, Wasoko, une société de commerce électronique B2B basée à Nairobi, s’est également étendue du Kenya à la Côte d’Ivoire et au Sénégal.

Comment faire venir des affaires Une partie de l’attrait de la Côte d’Ivoire pour les startups réside dans les récentes réformes gouvernementales visant à servir les intérêts des entreprises.

Entre 2010 et 2019, la Côte d’Ivoire a grimpé de 60 places dans le classement de la facilité de faire des affaires de la Banque mondiale, passant du n ° 170 (sur 190 pays) au n ° 110.

L’année dernière, le pays a mis en place une loi sur les startups qui minimise la obstacles réglementaires et administratifs liés à la gestion d’une startup.

Entre autres mesures, le gouvernement a simplifié la structure fiscale pour les startups, et a théoriquement rendu possible l’enregistrement d’une nouvelle entreprise dans les 48 heures.

L’obtention de permis de séjour pour les non-Ivoiriens est également relativement simple, dit Dai. 

Cela ne fait pas de mal qu’il y ait tant d’opportunités d’innovation sur le continent en ce moment.

S’exprimant lors de l’Africa CEO Forum, Aristide Ouattara, leader du conseil en gestion des risques chez Deloitte, a déclaré que les PDG interrogés se concentrent sur les paiements numériques, l’IA et l’automatisation.

Blockchain et crypto ont également reçu quelques cris.