preloader

Article

Yamoussoukro : Un visage plus reluisant de la ville avant la Can et l’arrivée de la Sotra.
Yamoussoukro : Un visage plus reluisant de la ville avant la Can et l’arrivée de la Sotra.

Yamoussoukro : Un visage plus reluisant de la ville avant la Can et l’arrivée de la Sotra.

110016
Le maire Gnrangbé Jean donne les raisons de la libération des espaces occupés par des commerçants. (DR).

Yamoussoukro : Un visage plus reluisant de la ville avant la Can et l’arrivée de la Sotra.

Yamoussoukro, capitale politique et administrative de la Côte d’Ivoire, s’apprête à accueillir deux projets majeurs du gouvernement.

Il s’agit de l’installation de la Société de transport abidjanais (Sotra).

Après Bouaké, le gouvernement a décidé de l’installation de cette Société à Yamoussoukro et très prochainement à Daloa, à l’effet d’améliorer et d’accroître les moyens de déplacement dans ces villes qui accueillent de nombreux élèves, étudiants et travailleurs.

En second, il s’agit de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (Can) dont l’édition 2023 se déroulera en terre ivoirienne.

Yamoussoukro, avec son tout nouveau stade de 20.000 places, va abriter certains matchs.

À l’évidence, ces deux projets vont drainer de nombreux hôtes nationaux et internationaux.

Pour recevoir ces illustres hôtes, Yamoussoukro doit refaire sa toilette pour montrer un visage plus reluisant. Ce qui implique la libération des espaces ciblés et des emprises des voies par les commerçants.

Malheureusement, ces opérations qui débutent bientôt sont diversement interprétées par certaines populations, en particulier par les opérateurs économiques et petits commerçants installés sur le domaine public et qui ne disposent que d’autorisation provisoire du domaine public.

Pour faire donc la lumière sur ces opérations et sensibiliser les concernés, Gnrangbé Jean, maire de la commune de Yamoussoukro, a rencontré la presse, le 7 mai 2022, à son domicile.

Pour, a-t-il souligné, arrêter toutes les rumeurs et intoxications de ses administrés.

« Il y a effectivement certaines opérations en cours dans la commune et les interprétations sont diverses et fantaisistes et ne reflètent pas la réalité.

En ma qualité de maire, j’ai le devoir de donner la vraie information », a précisé Gnrangbé Jean.

Et d’ ajouter : « En ce qui concerne la Sotra, les responsables ont choisi de s’installer à la grande gare routière, précisément entre les deux stations Shell. C’est une réserve administrative.

Donc l’État en tant que propriétaire peut en disposer à tout moment pour des projets d’utilité publique.

Donc nous avons décidé non pas de déguerpir nos frères commerçants, mais de les déplacer au marché de Kokrénou où le Président Félix Houphouët-Boigny a prévu 38 ha pour la construction d’un grand marché pour Yamoussoukro », a-t-il expliqué.

Malheureusement, selon le maire, des commerçants qui détiennent des autorisations d’occupation provisoire, ont construit « en dur » et non en matériaux précaires et ils y vivent avec leurs familles.

« Cela n’est pas acceptable », a-t-il indiqué, avant d’évoquer la situation des berges des lacs qui ont été recolonisées après avoir été libérées par la ministre Désiré Anne Ouloto au cours d’une opération en 2004.

Les occupants qui y ont construit des maquis et restaurants parfois « en dur » sont priés de libérer les berges, car elles devront abriter le Village de la Can 2023.

Dans la même veine, il est prévu le toilettage des lacs envahis par les lotus.

Grâce à l’intervention du Premier ministre Patrick Achi, le Ciapol va s’employer à nettoyer et à draguer ces plans d’eau pour leur redonner leur lustre d’antan. À cet effet, tous les producteurs de maraîchers aux abords de ces lacs devront partir des berges.

Selon le maire Gnrangbé Jean, toutes ces opérations qui visent à donner un visage plus digne à Yamoussoukro, « sont au cœur d’une campagne de désinformation inacceptable ».

N’Dri Célestin