preloader

Article

Contribution : jeunesse, tricherie, médiocratie et méritocratie.
Contribution : jeunesse tricherie médiocratie et méritocratie.

Contribution : jeunesse, tricherie, médiocratie et méritocratie.

Cheating
Tricherie, fraude : En clair, si notre jeunesse croit à la tricherie comme moyen sûr de réussite, c’est qu’elle observe que de nombreuses personnes parviennent à des situations sociales confortables en empruntant la voie peu honorable et tortueuse de la tricherie.

Contribution : jeunesse, tricherie, médiocratie et méritocratie.

La jeunesse est l’avenir a-t-on coutume d’entendre. Mais quand la jeunesse trouve dans la facilité et les raccourcis sans lendemain, la voie de sa réalisation sociale, il faut s’interroger sur le type d’avenir qu’elle incarne. 

De fait, pour ceux qui sont d’une autre génération, il apparaît ahurissant de voir toute l’armada technologique déployée par les responsables du ministère de l’éducation nationale pour lutter contre la tricherie en vue d’assurer la surveillance des examens.

Une chose qui, d’ailleurs, n’impressionne nullement les entrepreneurs de la tricherie.

En effet, en dépit de ce dispositif, de nombreux candidats ont été pris en flagrant délit de tricherie.

Plus grave, dans un centre d’Abobo, les élèves d’un établissement confessionnel islamique, parce qu’ayant refusé de participer à une fraude collective ont dû être exfiltrés par la Police, devant l’hostilité des autres élèves, qui les attendaient à la sortie du centre pour leur faire la peau.

D’ailleurs, dans la vidéo qui circule à ce propos, on les voit être hués par les autres élèves massés à la sortie du centre.  Le monde s’effondre!

En réalité, la jeunesse est le reflet de la société.

C’est pourquoi, quand celle-ci adopte un type de comportement, elle y traduit l’état d’esprit de la société.

En clair, si notre jeunesse croit à la tricherie comme moyen sûr de réussite, c’est qu’elle observe que de nombreuses personnes parviennent à des situations sociales confortables en empruntant la voie peu honorable et tortueuse de la tricherie.

Il est évident qu’il ne faut faire aucune concession à la tricherie à l’école. Cependant, pour mieux lutter contre celle-ci, il faut aborder cette question de façon systémique pour parvenir à un traitement en profondeur.

Autrement dit, pour lutter durablement contre la tricherie à l’école et aux examens de fin d’année, c’est la société tout entière qu’il faut interroger.

Cela, en affichant la volonté de lutter sans pitié, contre toutes les formes de corruption qui fragilisent les titanesques efforts déployés par le Gouvernement pour conduire le pays vers le développement.

Ici, apparaît le rôle essentiel du ministère en charge de la promotion de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption, dont les actions doivent être amplifiées.

Il est plus que primordial que l’ensemble des citoyens, notamment la jeunesse, se convainc que la tricherie est nocive et doit être combattue.

Car, il est grand temps que la société ivoirienne entre pleinement dans une dynamique faisant l’éloge de méritocratie.

À côté de tout cela, il y a aussi et surtout, le rôle des parents qui, dès le bas âge, doivent inculquer le goût de l’effort à leurs enfants et les habituer à la culture de l’excellence, comme étant la seule et véritable voie de réalisation de soi.

Au total, la lutte contre la tricherie loin d’être anecdotique interroge la société dans son ensemble.

Elle oblige à prendre à bras le corps la transmission du goût de l’effort et de l’excellence dès le bas âge, dans les familles et à l’école, à notre jeunesse.

Mais, elle oblige l’État à mener une lutte sans merci contre la corruption et toutes les formes d’acquisition illicites de richesse, au niveau des aînés.

Car, pour notre développement, force doit rester à la méritocratie face à la déferlante de la médiocratie.

NURUDINE  OYEWOLE, Expert-consultant en communication Analyste politique