preloader

Article

Côte d’Ivoire : Anicet Guela Gnanzy ( l’Udcy) : « La phase 5 du dialogue politique n’a jamais recommandé la prise d’une loi d’amnistie ».
Côte d’Ivoire : Anicet Guela Gnanzy ( l’Udcy) : « La phase 5 du dialogue politique n’a jamais recommandé la prise d’une loi d’amnistie ».

Côte d’Ivoire : Anicet Guela Gnanzy ( l’Udcy) : « La phase 5 du dialogue politique n’a jamais recommandé la prise d’une loi d’amnistie ».

62f3830ce1ecc_actuimage
Anicet Guela Gnanzy ( l’Udcy) : « La phase 5 du dialogue politique n’a jamais recommandé la prise d’une loi d’amnistie ».

Côte d’Ivoire : Anicet Guela Gnanzy ( l’Udcy) : « La phase 5 du dialogue politique n’a jamais recommandé la prise d’une loi d’amnistie ».

Anicet Guela Gnanzy ( l’Udcy) : « La phase 5 du dialogue politique n’a jamais recommandé la prise d’une loi d’amnistie ».

L’union démocratique et citoyenne(Udcy) a fait une déclaration pour démentir un point sur lequel a insisté le porte-parole du Ppa-ci dans sa déclaration du mardi 9 août en réaction au message à la nation du Chef de l’Etat Alassane Ouattara, la veille du 62ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

Le Ppa-ci par la voix de Justin Katinan Koné son porte-parole, expliquait dans sa déclaration que, la cinquième phase du dialogue politique avait recommandé, parmi les mesures d’apaisement, la prise d’une loi d’amnistie pour régler les problèmes liés des personnes exclues du champ d’application de l’ordonnance d’amnistie du 6 août 2018, notamment le Président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé.

« L’Udcy s’inscrit en faux et dénonce cette tentative de manipulation de l’opinion nationale et internationale », a réagi Anicet Guela Gnanzy, président de cette formation politique, à travers une déclaration faite le même jour.

En effet, il a expliqué que lors de la phase cinq du dialogue politique, les trente-trois propositions faites par les partis politiques et la société civile, ont été regroupées en trois grandes thématiques, à savoir : mesures d’apaisement de l’environnement politique, réconciliation nationale, cadre juridique et institutionnel des élections en Côte d’Ivoire.

Lors des échanges, il a été convenu que le point numéro neuf du chapitre des mesures d’apaisement de l’environnement politique libellé comme suit : « Élargissement de l’ordonnance du 6 août 2018 portant amnistie aux personnes qui en avaient été exclues, notamment le Président Laurent Gbagbo, le ministre Charles Blé Goudé et les militaires », soit débattu dans un cadre de haut niveau.

Par ce que, relevant de prérogatives des institutions de l’Etat.

Ce point n’a donc pas fait partie des treize recommandations consignées dans le rapport final signé par l’ensemble des participants, au dialogue politique le 4 mars 2022. En définitif, la phase cinq du dialogue politique n’a jamais recommandé la prise d’une loi d’amnistie.

Comme preuve de ses affirmations, le président de l’Udcy a joint à sa déclaration, le rapport final de la phase cinq du dialogue politique.

« L’Udcy, cosignataire du Rapport final, ne se reconnaît nullement dans cette fausse affirmation de monsieur Katina Koné, qu’il tente de faire endosser à tous les participants à la phase 5 du dialogue politique », a-t-il conclu.

Diomandé Karamoko