preloader

Article

Le gouvernement ivoirien se donne les moyens d’atteindre l’objectif « zéro mort en saison des pluies ».
Le gouvernement ivoirien se donne les moyens d’atteindre l’objectif « zéro mort en saison des pluies ».

Le gouvernement ivoirien se donne les moyens d’atteindre l’objectif « zéro mort en saison des pluies ».

77742-zero-mort_xl
Le gouvernement ivoirien a pris des mesures fortes pour résoudre la problématique des dégâts qui surviennent lors des saisons de pluies devenues sources d’angoisse.

Le gouvernement ivoirien se donne les moyens d’atteindre l’objectif « zéro mort en saison des pluies ».

Le gouvernement ivoirien a pris des mesures fortes pour résoudre la problématique des dégâts qui surviennent lors des saisons de pluies devenues sources d’angoisse.

Depuis 2011, le gouvernement réalise d’importants ouvrages d’assainissement et de drainage dans la capitale économique du pays, Abidjan, pour lutter contre les effets néfastes de la montée des eaux.

Construction de 4 barrages écrêteurs de crue

Ce sont, entre autres, la construction de quatre barrages écrêteurs de crue (Zoo, hôpital militaire d’Abidjan, Paillet-Est et Paillet-Ouest), la réhabilitation de trois barrages écrêteurs (Dokui-Ouest, Dokui-Est et Agban), l’aménagement de quatre cuvettes (Bokabo, Clouetcha, Akeikoi et Abobo baoulé) dans la commune d’Abobo, l’ouverture du chenal au niveau de la baie de Cocody.

L’on compte également le dragage du fond lagunaire et le remblaiement des berges de la baie, la réalisation de 5 000 nouveaux branchements à Adjamé, Abobo et Treichville, la réhabilitation de stations de pompage et de pré traitement du collecteur principal d’eaux usées et le raccordement de réseaux secondaires des communes d’Abobo, d’Adjamé et de Treichville.

Des travaux qui permettent de moderniser les réseaux d’assainissement publics dans la ville d’Abidjan.

Le gouvernement a mis en place, avec l’appui de la Banque mondiale, le Projet d’assainissement et de résilience urbaine (PARU). Un projet de 155 milliards de FCFA pour réduire la vulnérabilité des populations aux inondations dans de nombreuses zones urbaines, notamment à Abobo.

Le Premier Ministre Patrick Achi a rappelé, lors du lancement des travaux de construction des ouvrages de drainage des eaux pluviales d’Abobo, le 10 mars 2022 à Anonkoua-Kouté, que dans le cadre de la mise en place d’un système de drainage des eaux pluviales à Abidjan, ce sont près de 32 kilomètres de canalisation d’un investissement de 55 milliards de FCFA qui ont été déjà réalisés à Cocody et à Yopougon en 2021.

A Abobo, les travaux qu’il a lancés consisteront à construire et à réhabiliter le réseau de drainage primaire et secondaire associé à des travaux routiers d’environ 7 500 mètres linéaires.

La réalisation de cette infrastructure vise à atténuer les risques d’inondation et à améliorer la gestion des déchets solides à Abidjan.

L’Office national de l’assainissement et du drainage (ONAD) a réalisé, dans ce cadre, depuis janvier 2022, des travaux d’urgence de curages d’exutoires d’ouvrages de drainage dans les communes de Koumassi, Attécoubé et Port-Bouët.

Les travaux de grande envergure sont soutenus par des campagnes de sensibilisation de masse pour inciter les populations à quitter les zones à risque.

Le démarrage de l’opération dénommée « pour sauver ma vie, je quitte les zones à risque » a été annoncé pour le 5 juin 2022.

 

Cette opération est appuyée par des actions de déguerpissement de 54 sites à risques répertoriés dans les communes d’Adjamé, Attécoubé, Anyama, Abobo, Bingerville, Cocody, Port-Bouët et Yopougon. 95% des inondations et des éboulements surviennent en saison de pluies dans ces zones identifiées.

25 000 personnes qui devront, à terme, quitter les zones à risques

Selon le ministère de l’Hydraulique, de l’Assainissement et de la Salubrité, ce sont au total 25 000 personnes qui devront, à terme, quitter les zones à risques. Et le gouvernement est déterminé à sécuriser ces sites pour éviter toute recolonisation.

L’opération va se dérouler sur le deuxième semestre de l’année 2022 et coûtera 2,5 milliards de FCFA.

Cicg /Adolphe ANGOUA (linfodrome.com).