preloader

60 villages de Soubré électrifiés.

Ado le bâtisseur

Le nouveau terminal céréalier du port d’Abidjan provisoirement réceptionné.
Electricité : la capacité de production de la Côte d’Ivoire s’élève à plus de 2 229 MW.
Infrastructures portuaires, quel bilan après l’installation de la SDMA à Bouaflé ?.
Justice : Un institut de formation judiciaire sera construit à Yamoussoukro (INFJ).
Politique – Élections régionales du Haut-Sassandra : Paniqué, Djédjé Mady verse dans le tribalisme et la xénophobie.
Ecole Régionale des TIC d’Abidjan.
Transformation du cacao : le Premier Ministre Patrick Achi salue la contribution de Cargill à l’industrialisation de la filière.
Côte d’Ivoire : fin des dépôts des candidatures pour les législatives du 6 mars 2021.
EISA et Carter jugent les législatives ivoiriennes « largement transparentes ».
Côte d’Ivoire/Élections locales 2023 : La Commission Électorale Indépendante interdit l’usage du téléphone portable aux électeurs dans l’isoloir.
Réhabilitation du centre d’action culturel d’Abobo.
Législatives en Côte d’Ivoire : la campagne électorale s’achève sans violence.
Le bîtumage de l’axe Divo Guitry côtière.
Centrale thermique Azito 3
Extension du port autonome d’Abidjan (PAA).
Côte d’Ivoire : le pont de Yopougon est à un taux d’avancement de 87% (Ministre).
Bibliothèque de la Renaissance Africaine
Couverture Maladie Universelle (CMU)
Infrastructures routières : Vaste opération de bitumage des voiries de Locodjro.
Législatives ivoiriennes : La victoire de Bictogo confirmée à Agboville.
Les abidjanais témoignent des merveilles du pont Alassane Ouattara.
Stade Olympique Ebimpé (60.000 places) (Anyama)
Hôpital Général de Grand-Bassam réhabilité.
Nouveau Campus de San-Pédro.
Centre Sportif, Culturel et des TIC Ivoiro-Coréen Alassane Ouattara

60 villages se connectent à la centrale hydroélectrique de Soubré (Nawa)

Les autorités ivoiriennes ont procédé le 7 décembre 2018, à la connexion officielle de 60 villages, à la centrale hydroélectrique de Soubré à l’ouest du pays. Dans les prochains mois, 190 autres localités rurales seront connectées à leur tour. Ce qui permettra la réduction de 3000 tonnes de gaz à effet de serre par an.
Les populations de Man (département situé dans la région du Tonkpi à l’ouest de la Côte d’Ivoire), savourent depuis quelque temps, les délices de la connexion électrique. Une première vague de soixante villages de ce département vient d’être connectée au courant produit par la plus grande centrale hydroélectrique du pays, celle de Soubré, dotée d’une puissance de 275 mégawatts.
La cérémonie de mise sous tension symbolique de ces 60 premières localités a été présidée le 7 décembre 2018 par le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly.
Elle intervient dans le cadre du volet d’électrification rurale du Projet de renforcement des réseaux de transport et de distribution (Pretd), qui prévoit la construction des lignes de transport sous haute tension, au départ de la centrale de Soubré, vers les villes de San Pedro, Duékoué et Zagné. Puis l’extension des postes de Soubré et San Pedro et la construction de nouveaux postes à Duékoué et Zagné.
Financé à hauteur de 137,82 millions d’euros par le groupe de la Banque africaine de développement (BAD), le projet permettra de fournir l’électricité aux populations de 252 localités rurales du district des Montagnes, dont 42 dans la région de Cavally, 82 dans la région de Guémon et 128 dans la région de Tonkpi. Par ailleurs, le renforcement des réseaux à l’ouest du pays permettra aussi l’arrêt des centrales thermiques qui tournent actuellement au mazout dans la région, ainsi qu’une réduction annuelle d’émission de gaz à effet de serre estimée à 3000 tonnes.
La BAD finance une électrification propre, dans 728 localités rurales de la Côte d’Ivoire
Le financement du Pretd, constitue la troisième intervention de la BAD, dans le secteur de l’énergie en Côte d’Ivoire. Elle a approuvé, le 7 novembre 2018, un prêt de 42 millions d’euros en vue de financer le projet d’amélioration de l’accès à l’électricité en milieu rural qui s’inscrit dans le cadre du Programme national d’électrification rurale (Proner), lancé en 2013. L’objectif étant l’électrification de 426 localités dans trois districts du nord de la Côte d’Ivoire, pour un montant de 42 millions d’euros. Ces villages vont s’ajouter aux 50 localités déjà électrifiées dans le cadre du Projet d’interconnexion sous-régionale Côte d’Ivoire-Liberia-Sierra Leone-Guinée (Clsg) approuvé en 2013, et aux 252 localités en cours d’électrification dans le cadre du Pretd.
Ce qui porte à 728, le nombre de localités dont l’électrification est financée par la banque. « Ces projets permettent de lancer le développement de chaînes de valeurs du pays », a expliqué Serge Marie N’Guessan, directeur général adjoint du Bureau régional de la BAD pour l’Afrique de l’Ouest.
Pour l’heure, le portefeuille actif de la BAD en Côte d’Ivoire comprend 23 opérations totalisant des engagements nets de 896 millions d’euros majoritairement orientés vers les infrastructures de transport et d’énergie. L’ambition du gouvernement étant d’électrifier toutes les localités de plus de 500 habitants, à l’horizon 2021

Electrification, Voici les villages bénéficiaires en 2019

Le discours du terrain est mieux que celui des réseaux sociaux ou des tribunes où les chiffres qui donnent le tournis sont brassés alors que la population se plaint. C’est ce que le gouvernement ivoirien a compris, qu’il a prévu l’électrification de 1000 villages cette année.
Le taux d’accès national à l’électricité à fin 2019 sera de 92% qui seront atteint avec l’électrification de 1000 nouveaux villages, a fait savoir Sylla Daouda, Directeur O&M Production à Côte d’Ivoire Energie qui ce samedi 13 avril présentait « l’état des lieux et impacts des politiques sectorielles dans la région de la Nawa », cas de l’énergie devant élus et population. Un invité, en la personne du ministre de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré était parmi les auditeurs. Ainsi, au-delà de la région de la Nawa, évoquée dans un précédent article, un aspect plus macro-économique a été abordé.
Selon Sylla Daouda qui a expliqué les raisons des coupures d’électricité qui ne remettent pas en cause l’autosuffisance énergétique de la Côte d’Ivoire, des efforts sont consentis pour réduire le temps moyens de coupure de 55h actuellement à 22h soit la moitié, voire, 10h/an à l’horizon 2020.
Pour l’heure, révélerons les techniciens, 2229 KW d’électricité sont installés en Côte d’Ivoire, lesquels vont s’accroître avec la construction en cours du barrage de Gribo Popoli (112 MW) et celui en perspective de Boutoubré toujours dans la région de la Nawa.
Dans la région de Soubré, il ne reste que 12 villages pour un taux de couverture de 100%. En 2011, le taux de couverture national était de 34% et est passé à 58% en 2018 pour se situer à 69% actuellement avec un objectif à fin 2019, de 92%.
Il s’agira de passer à plus de 4000 villages à électrifier là où pour l’heure, 75% des villages sont électrifiés. Dans la région qui a vu la construction du dernier barrage hydro-électrique, à fin 2018, le taux de couverture était de 45%. Fin 2019, il se situera à 94.06%, un véritable bond qui résultera de l’électrification de nombreux villages avec une conséquence positive sur l’activité économique.
La Côte d’Ivoire s’est inscrite dans un projet sous-régional d’interconnexion électrique avec le Libéria, la Sierra Leone et la Guinée. L’avantage est situé par Sylla Daouda qui estime que cette interconnexion « garantit la stabilisation de la fourniture du courant électrique. »
Si l’on se satisfait du changement de la ville de Soubré avec les nouvelles cités qui ont germé de terre pour la relocalisation des populations impactées par l’ouvrage, cette modernité n’est pas du goût de tous. Doukou Wawa Julien, fils de Kopéragui, un des villages autochtone déguerpi, lance un appel à l’Etat afin de revoir à l’avantage de la population, les conditions nouvelles de vie en ville. « On était au bord de l’eau et le barrage est venu prendre notre barrage. Nous sommes donc un village impacté. Nous ne payions pas d’eau et étions dans l’obscurité. Nos parents ne sont pas habitués à payer des factures d’eau et de courant. On lance un appel à l’Etat, on demande pardon, qu’il supprime les factures d’eau et de courant, c’est mon cri de cœur » a-t-il fait savoir lors de la visite du ministre Sidi Touré dans ce village installé sur son nouveau site.
Son chef de village, a expliqué que « Côte d’Ivoire Energie a mené des sensibilisations bien avant le déguerpissement sur la façon dont nous devrions gérer l’argent des dédommagements. » Son amertume se situe au niveau de ses compatriotes dont les maisons sont construites mais ne sont pas encore occupées par leurs propriétaires.
Il est fait mention de centaines de millions de FCFA payés à certains propriétaires terriens en plus des maisons de 2 à 5 pièces construites gracieusement avec toutes les commodités. La « voie du développement » qui est une initiative du ministère de la Communication et des Médias, permet, chaque trimestre de se faire une idée réelle de l’impact des politiques sectorielles sur le quotidien des ivoiriens. Les visites des journalistes se font en présence du ministre avec des échanges directs avec les représentants des différents ministères choisis. Pour cet acte 1, l’énergie, l’agriculture et le développement rural, les eaux et forêts et le tourisme dans la région de la Nawa étaient au fauteuil blanc. Les Directeurs régionaux ont présenté leurs tableaux d’activités avec peu ou prou de réussite. Il s’agit ainsi de « renforcer la communication de proximité de sorte à permettre aux communautés dans les villes et villages, d’être au fait des réalisations du gouvernement » a justifié le ministère de la Communication et des Médias.
Electrification Soubre_10
Electrification Soubre_5
Electrification Soubre_4
Electrification Soubre_3
Verified by MonsterInsights