preloader

Inauguration du centre d’hémodialyse.

Ado le bâtisseur

Approvisionnement d’Abidjan en eau potable à partir de Songon
Politique – Élections locales 2023 : le Conseil d’État fait des recommandations sur le contentieux des élections des conseillers régionaux et municipaux.
Municipales du 2 septembre à Tiassalé : fatigué d’Assalé, le personnel de santé sous le charme d’Alpha Sanogo.
L’éditorial de Sam Wakouboué : Les GOR, l’éternel repli identitaire.
Santé : La construction du nouveau CHR de Katiola a démarré.
Le Centre Culturel Jacques Aka de Bouaké.
Élections locales à Bouaké et dans le Gbêkê : victoire écrasante du RHDP triomphe pour Amadou Koné et Assahoré Jacques
Carrefour de l’Indenié : la fin du calvaire des automobilistes (27/12/2022).
Côte d’Ivoire : l’autoroute du Nord section Tiébissou-Bouaké inaugurée le 24 août prochain.
Tabaski 2023 : les Ivoiriens invités à œuvrer pour des élections locales sans violence.
Le Centre de secours d’urgence (CSU) de Gagnoa.
Expliquons les élections législatives, le parlement devenu bicaméral, les députés les sénateurs leurs rôles en Côte d’Ivoire.
Centre de secours d’urgence de Toumodi
Africa CEO Forum 2016
Côte d’Ivoire : l’autoroute du Nord section Tiébissou-Bouaké inaugurée le 24 août prochain.
Résultats définitifs : Répartition des sièges remportés par parti ou groupement politique.
Des Caméras de vidéo surveillance à Abidjan.
Dons de Children of Africa au centre des grands brulés d’Abidjan
Le Stade de San-Pédro
Législatives 2021 : Kaba Nialé appelle Nassian à œuvrer pour la paix.
Hôpital Général d’Adjamé.
Axe Ferkéssédougou Ouangolodougou (45km)
CHU de Treichville.
Éditos : Les leçons des trois scrutins de septembre 2023.
Législatives 2021 : le Roi de l’Indénié invite les candidats à adopter un langage rassembleur.
Centre hemodialyse cocody_CIV_2
Insuffisance Rénale : 97 nouveaux postes de traitement crées.

Le Premier Ministre Kablan Duncan a inauguré le centre d'hémodialyse du SAMU.

Le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, a inauguré le centre d’hémodialyse du Service d’aide médicale d’urgence (SAMU) de Cocody et visité le centre de médecine nucléaire, ce mercredi 23 juillet 2014, au CHU de Cocody, en présence de Mme le Ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida, Dr Raymonde Goudou Coffie.
D’une capacité d’accueil de 25 postes en 2 blocs, le centre d’hémodialyse de Cocody a bénéficié d’un investissement de 300 millions de FCFA et a été équipé à hauteur de 7 milliards de FCFA.
Il s’inscrit dans le cadre du renforcement de capacité du système sanitaire ivoirien et va apporter un véritable soulagement aux insuffisants rénaux. Le chef du gouvernement, à l’issue d’une visite des locaux dudit centre, s’est dit « impressionné parce que c’est le centre le plus perfectionné en Afrique de l’Ouest ».
Saluant le ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida et le directeur du centre d’hémodialyse pour « le travail fait », le Premier ministre a relevé que « les besoins pour faire face au traitement sont importants », quand on sait que « les malades d’insuffisance rénale sont environ 5 000 sur l’ensemble du territoire ».
Pour satisfaire ces besoins, il a déclaré que le gouvernement va « faire en sorte que dans chaque région du pays, on ait un centre qui permet de traiter les malades sur place au lieu qu’ils se déplacent sur Abidjan ».
Le centre d’hémodialyse de Cocody ouvre ses portes après ceux de Yamoussoukro et Bouaké. Celui de Gagnoa ouvrira bientôt.
Le Premier ministre Duncan a apporté son soutien moral aux malades avant de visiter le bâtiment de la médecine nucléaire en pleine construction.
Il s’est rendu compte de l’évolution satisfaisante des travaux. Le centre de médecine nucléaire, à la technologie de pointe, sera livré en décembre 2014.

Chu de Cocody : le nouveau centre de dialyse ouvert

Il est fonctionnel ! En attendant son inauguration officielle, le nouveau centre d’hémodialyse de Cocody reçoit les dialysés depuis quelques jours. Ce centre que nous avons visité hier est équipé de 24 générateurs pour une capacité d’accueil de trois groupes de 72 personnes par semaine, sur une liste d’attente de pas moins de 300 personnes. Ses spécificités restent la modernité et la qualité. Les spécialistes trouvent l’unité de traitement d’eau per­formante. C’est que les anciens générateurs étaient du matériel de deuxième main. Or, de la qualité de l’eau dépend la qualité de la dialyse, explique Ousmane Bamba, re­pré- sentant de B Braun, l’opérateur qui fournit les équipements.
«C’est capital d’avoir une bonne unité de traitement d’eau. Pendant et après la dialyse, les malades se sentent beaucoup plus à l’aise», atteste Dr Jacques Sissoko, directeur du Samu et gestionnaire du centre d’hémodialyse du Chu de Cocody. Pour obtenir le matériel de première main, l’Etat y a mis du prix. Le projet coûte 1 milliard 229 millions Fcfa par an, et ceci pendant cinq ans. Il permet d’acquérir 32 machines neuves pour les Chu de Cocody, Yopougon et Treichville, une unité de traitement d’eau neuve, 32 fauteuils d’hémodialyse neufs, 32 tablet­tes de malades neuves et surtout 30 mille kits de dialyse par an pendant cinq ans. Dans le contrat, il y a la fourniture, la formation, l’installation et la maintenance. La première installation a été faite par des techniciens allemands. Des biotechniciens ont été aussi formés sur place pour maîtriser l’étape de l’installation et celle de la dialyse.
Le directeur du Samu annonce par ailleurs que le premier centre de dialyse pédiatrique «digne du nom » sera livré dans 6 mois. Dr Sissoko confie que dans le cadre de la décentralisation de la dialyse, l’extension de l’unité de Yamoussoukro sera livrée dans 6 mois avec 10 postes. 10 postes sont également prévus à Bouaké. Le marché du centre de Gagnoa est déjà attribué. La ville de San-Pedro met elle-même à disposition un bâtiment qu’il va falloir équiper. A terme, il y aura 70 machines à l’intérieur du pays. Ce qui fera 200 dialyses par jour. Soit 630 personnes à dialyser par semaine en raison de 3 séances par jour, par patient. Mais les besoins restent énormes selon le directeur. Puisque, déplore-t-il, de nombreux malades du rein meurent à travers le pays faute d’accès aux soins.
Il préconise donc qu’il y ait au moins un centre de dialyse dans chaque région.
D’ici là, les malades ne boudent pas leur plaisir d’être dans le nouveau centre de Cocody. « Dans l’ancien centre (de Cocody), ma tension artérielle était toujours à 18 après chaque dialyse, maintenant, elle est à 14 », apprécie Bamba Moussa, président de l’Association des dialysés et insuffisants rénaux de Côte d’Ivoire.
Contrairement aux anciennes, les nouvelles machines sont en effet équipées d’un régulateur qui maintient la tension artérielle à un niveau acceptable pendant le nettoyage du sang.
Fonctionnaire au Niger, Younoussa Boubacar est aussi membre de la commission spécialisée et chargé de mission au sein du Réseau des associations des hémodialysés et insuffisants rénaux de l’espace Uemoa (Rashir-Uemoa). Venu «prendre contact avec les autorités ivoiriennes», son passage à Abidjan coïncide avec l’ouverture du nouvel hôpital. Il ne ca­che pas son admiration. «J’ai le sentiment d’être en Europe. Avec le centre que je découvre, je ne me crois même pas en Afrique. Je suis ravi. Au Niger, nous avons deux centres de dialyse. Le deuxième a été inauguré le 6 octobre. Tous les malades se dialysent dans de bonnes conditions chez nous. La séance est gratuite. Sauf que les quatre premières séances sont à 200.000 F Cfa », signale-t-il.

Une centaine de nouveaux postes d’hémodialyse créés depuis 2011.

Grâce aux investissements du gouvernement ivoirien, le nombre de postes d’hémodialyse est passé de 10 en 2011 à 107 en 2017, soit 97 nouveaux postes. Et ce sont environ 56 000 séances de dialyse qui ont été effectuées en 2017, contre 22 000 en 2015.
Selon le Service d’aide médicale d’urgence (SAMU), entre 4 000 et 5 000 personnes souffrent d’insuffisance rénale en Côte d’Ivoire. Pour favoriser leur prise en charge médicale, huit centres d’hémodialyse ont été construits de 2011 à 2017. Le dernier en date est celui de Korhogo, ouvert en avril 2017. D’autres centres suivront à San-Pedro, Aboisso, Daloa, Bondoukou et Odienné.
Ces investissements, couplés avec la politique de gratuité ciblée de certains soins et médicaments, ont permis de réduire le coût de la séance de dialyse. Le coût de la séance de dialyse est désormais de 1 750 FCFA dans les centres publics, contre 2 500 F CFA de 1991 à 2010. Il varie entre 60 000 et 150 000 FCFA dans les cliniques privées.
Centre hemodialyse cocody_CIV_15
Centre hemodialyse cocody_CIV_3
Centre hemodialyse cocody_CIV_12
Centre hemodialyse cocody_CIV_11
Centre hemodialyse cocody_CIV_13
Verified by MonsterInsights