preloader

1er supercalculateur de Côte d’Ivoire

Ado le bâtisseur

Économie – Côte d’Ivoire / Reprise des vols directs d’Abidjan vers New York.
Arrivée du paquebot MS ZAANDAM au Port Autonome d’Abidjan.
Pont de Béoumi
Chantier du 4ème pont d’Abidjan : le Groupe chinois CSCEC avance avec assurance.
L’UA et L’UE fières de la Côte d’Ivoire.
Pont d’Aboisso (vers Noé)
Un des piliers de l’émergence (Longtemps délaissé, le secteur minier offre de larges perspectives de développement)
Côte d’Ivoire / Alpha Sanogo, candidat aux municipales : « Nous allons démontrer que Tiassalé reste le bastion du RHDP ».
Politique – Haut-Sassandra : Léopoldine Koffi et les siens lâchent Djédjé Mady pour Mamadou Touré.
Recrutement de 10300 enseignants (2019-2020)
thumbnail
Le Sénat français rend hommage au Président Alassane Ouattara.
Législatives Côte-d’Ivoire : Sylvestre Emmou à Port-Bouët et Coulibaly Sériba à Bassam confirmés vainqueurs.
Routes ponts : Abobo et Yopougon jugent les travaux de Ouattara.
Modernisation du Terminal à conteneurs du Port de San Pedro : trois (3) nouvelles grues réceptionnées.
Le chateau d’eau de Boli (Didiévi)
Centre technique des arts appliqués de Bingerville (2014).
Législatives 2021 : atelier de formation sur le mode opératoire du scrutin et remise des affiches aux candidats.
Parc des expositions d’Abidjan Port-Bouët : la première phase des travaux s’achève à la fin de l’année 2022.
Mine d’or d’Ity : l’exploitation du futur aurifère de la Côte d’Ivoire
Bitumage de la route Kani Boundiali
Côte d’Ivoire : le poste à péage Yamoussoukro-Tiébissou sera mis en service lundi prochain à 1000 à 2000 Fcfa.
Éditos : Les leçons des trois scrutins de septembre 2023.
Projet PSTACI : Les populations expriment leur profonde gratitude au gouvernement.
Politique – Côte d’Ivoire – Contentieux électoral : Les réclamations peuvent se faire jusqu’au 15 juin.
Super calculateur de CIV_3

Le premier supercalculateur de Côte d’Ivoire mis en service à Abidjan

Le premier supercalculateur de Côte d’Ivoire mis en service à Abidjan
La Côte d’Ivoire possède depuis vendredi 29 juin un supercalculateur, un ordinateur capable d'effectuer des calculs complexes à très grande vitesse.
Situé sur le campus de Bingerville à Abidjan au sein du tout nouveau Centre national de calcul de Côte d'Ivoire, il s’agit du deuxième du continent à être opérationnel – après celui du Cap en Afrique du Sud en 2016.
Financé par un prêt de la Direction générale du trésor français, cet ordinateur surpuissant sera mis à contribution dans de nombreux domaines scientifiques.
Le supercalculateur ivoirien est composé de sept armoires, pesant chacune une tonne. A l'intérieur s'empilent une multitude de serveurs informatiques reliés entre eux et permettant de numériser des phénomènes complexes souvent inaccessibles à l'échelle humaine.
Et ce, à très grande vitesse : ce superordinateur peut en effet réaliser 322 000 milliards d'opérations à la seconde.
« Pour faire simple, il fait plus de 10 000 fois un ordinateur de bureau. Et donc ce qu'un ordinateur de bureau peut faire, on peut le faire 10000 fois dans le même laps de temps.
Donc avec un supercalculateur on peut simuler, on peut modeler, on peut aussi faire du codage et cela à grande échelle et traiter de grandes données sur un temps record », explique Florent Adiamonon, responsable des opérations chez Atos, l'entreprise qui a fourni le supercalculateur.
Ce supercalculateur pourra être utilisé dans les domaines de la biologie moléculaire, de l'agriculture ou encore de la climatologie, comme l'explique le professeur Souleymane Konate, responsable du pôle développement durable du Centre national de calcul de Côte d'Ivoire.
« Les problèmes d'environnement sont des problèmes de plus en plus complexes et qui génèrent beaucoup de données.
Donc pour pouvoir comprendre ces problèmes et analyser ces données, on a besoin d'une puissance de calcul et d'une puissance de simulation, parce que les problèmes environnementaux sont très difficilement réversibles donc la prédiction est la meilleure des solutions. »
Pour les autorités cet outil va permettre de dynamiser la recherche ivoirienne et de fait limiter la fuite des cerveaux. Dans la région, le Sénégal devrait à son tour annoncer la mise en fonction de son supercalculateur en 2019.

La Côte d'Ivoire ambitionne de devenir une référence en matière de calcul de haute performance..

A l’ouverture de la deuxième édition de "L’école internationale de modélisation climatique et environnementale en Afrique de l’Ouest", le 11 mars 2019 à Abidjan, le ministre ivoirien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Albert Toikeusse Mabri, a dit que la Côte d’Ivoire ambitionne de devenir une référence en matière de calcul de haute performance.
« L’ambition de notre pays est de développer un écosystème de référence en matière de simulation numérique pour la formation, la recherche, l’industrie en réponse aux besoins en calcul de haute performance », a déclaré Albert Toikeusse Mabri.
Selon la directrice générale de la recherche et de l’innovation, Petronille Zengbé Acray, les domaines d’application du supercalculateur sont variés. « Ce qui permet de créer des pôles de simulation numérique thématiques superposables aux différents pôles de compétence de la recherche », a-t-elle indiqué.
Le supercalculateur du Centre national de calcul est opérationnel depuis le 29 juin 2018. Evalué à près de 7 milliards de Fcfa, il dispose d’une puissance de 322 teraflops, pour la réalisation de 322 000 milliards d’opérations par seconde.

Le premier supercalculateur de Côte d’Ivoire mis en service à Abidjan

La Côte d’Ivoire possède depuis vendredi 29 juin un supercalculateur, un ordinateur capable d'effectuer des calculs complexes à très grande vitesse. Situé sur le campus de Bingerville à Abidjan au sein du tout nouveau Centre national de calcul de Côte d'Ivoire, il s’agit du deuxième du continent à être opérationnel – après celui du Cap en Afrique du Sud en 2016. Financé par un prêt de la Direction générale du trésor français, cet ordinateur surpuissant sera mis à contribution dans de nombreux domaines scientifiques.
Le supercalculateur ivoirien est composé de sept armoires, pesant chacune une tonne. A l'intérieur s'empilent une multitude de serveurs informatiques reliés entre eux et permettant de numériser des phénomènes complexes souvent inaccessibles à l'échelle humaine. Et ce, à très grande vitesse : ce superordinateur peut en effet réaliser 322 000 milliards d'opérations à la seconde.
« Pour faire simple, il fait plus de 10 000 fois un ordinateur de bureau. Et donc ce qu'un ordinateur de bureau peut faire, on peut le faire 10000 fois dans le même laps de temps. Donc avec un supercalculateur on peut simuler, on peut modeler, on peut aussi faire du codage et cela à grande échelle et traiter de grandes données sur un temps record », explique Florent Adiamonon, responsable des opérations chez Atos, l'entreprise qui a fourni le supercalculateur.
Ce supercalculateur pourra être utilisé dans les domaines de la biologie moléculaire, de l'agriculture ou encore de la climatologie, comme l'explique le professeur Souleymane Konate, responsable du pôle développement durable du Centre national de calcul de Côte d'Ivoire. « Les problèmes d'environnement sont des problèmes de plus en plus complexes et qui génèrent beaucoup de données. Donc pour pouvoir comprendre ces problèmes et analyser ces données, on a besoin d'une puissance de calcul et d'une puissance de simulation, parce que les problèmes environnementaux sont très difficilement réversibles donc la prédiction est la meilleure des solutions. »
Verified by MonsterInsights