preloader

Boudoukou : Transformer la noix de cajou pour une plus value

Ado le bâtisseur

Côte d’Ivoire – Législatives. A Abobo, Sidibé Daouda (Rhdp) appelle à un vote massif.
Stade olympique de Yamoussoukro : les deux écrans géants installés (Immersion).
Législatives 2021 : La campagne pour gagner a été officiellement lancée à Toulepleu, par la Candidate Anne Désirée Ouloto.
Infrastructures portuaires, quel bilan après l’installation de la SDMA à Bouaflé ?.
CHU de Treichville.
Infrastructure sportive : le stade de Bouaké un joyau architectural pour accueillir la CAN 2023.
Transformation de l’hévéa : la SAPH présente le projet de la nouvelle unité industrielle de Soubré, d’une capacité de 60 000 tonnes au Ministre Souleymane Diarrassouba.
Santé : La construction du nouveau CHR de Katiola a démarré.
Inauguration du Stade Olympique Alassane Ouattara d’Ebimpé
Réouverture du lycée international Jean-Mermoz
COTE D’IVOIRE : les mareyeuses de Sassandra, sensibilisées à une après pêche durable
Centre d’oncologie médicale et de radiothérapie de Cocody.
Dons de Children of Africa au centre des grands brulés d’Abidjan
CHU de Yopougon
Campagne avant l’heure : 237 candidats et candidates épinglés.
Yamoussoukro : L’opération de logements sociaux et de terrains viabilisés lancée.
Allocution MR Coulibaly-Kuibiert vote du 6 mars.
La Baie de Cocody
Débarcadère de Sassandra : une infrastructure structurante à impact direct sur le développement socio-économique de la région.
Côte d’Ivoire.Législatives : Mariatou Koné implique les chefs traditionnels de la Bagoué pour des élections apaisées.
Législatives en Côte d’Ivoire : le RHDP mobilise ses ministres.
Logements sociaux : le Premier Ministre Patrick Achi remet les clés à 2 183 souscripteurs des projets de logements « Lagoona City«  de Locodjoro et « Cité les Orchidées«  de Koumassi.
Nouveau Campus de San-Pédro.
Stade de Yamoussoukro
Le chateau d’eau de Abobo Avocatier
Usine anacarde bondoukou_CIV_8

COTE D’IVOIRE: Transformer la noix de cajou pour une plus value.

A peine le jour levé, Catherine Kobénan, 34 ans, se presse de se rendre à son travail dans l’usine de décorticage des noix de cajou qui vient d’être mise en marche à Sépingo, dans la région de Bondoukou, dans le nord-est de la Côte d’Ivoire.
“Notre groupe est chargé de la cuisson à l’autoclave et du séchage des noix”, indique Kobénan à IPS. “Après notre tâche, d’autres travailleuses vont se charger du décorticage, du séchage au four, du tri et enfin de l’emballage”, explique-t-elle, heureuse de partir pour rejoindre ses collègues. Kobénan déclare que “nous ne voulions plus continuer à exporter de façon brute la noix de cajou, ou que d’autres personnes viennent le faire à notre place. Cela nous faisait perdre énormément d’argent”. Elle affirme que par le passé, dès la cueillette, ses productions “étaient livrées brutes et à un prix dérisoire” aux acheteurs intermédiaires qui, dit-elle, parcouraient la région pour s’en procurer et les revendre aux exportateurs à Abidjan, la capitale économique ivoirienne. Mais, depuis l’installation en 2008 de l’usine où elle livre la totalité des 500 kilogrammes produits sur son hectare d’anacardiers, son revenu annuel est passé de 50.000 francs CFA (environ 104 dollars) à 250.000 FCFA (520 dollars). Cette situation est quasiment identique pour la majorité des producteurs de la région. De son côté, Gaoussou Ouattara, 52 ans, déclare à IPS : “Avec une tonne et demie de noix de cajou, mon revenu a plus que triplé entre 2001 où je livrais la production brute à moins de 200.000 FCFA (environ 416 dollars) et aujourd’hui où je gagne 700.000 FCFA (1.458 dollars) par an avec la transformation”. L’usine a été entièrement financée par les membres de la coopérative de Sépingo dont les membres comme Kobénan et d’autres y sont employés et payés. Mais cela ne les empêche pas d’avoir leurs champs d’anacarde. Pour le moment, l’usine transforme les noix de cajou brutes en noix grillées au four. Construite sur une superficie de deux hectares, l’usine de Sépingo emploie près de 620 personnes, dont environ 500 femmes. Elles doivent transformer au moins deux tonnes de cajou dans la journée pour une unité qui traite annuellement quelque 2.000 tonnes pour un chiffre d’affaires d’environ 610 millions FCFA (1,3 million de dollars). “C’est évidemment très peu dans la mesure où sa capacité de traitement est faible et que la demande des entreprises locales, pour la fabrication d’autres produits de consommation, est insignifiante. Ils (les producteurs) peuvent bien gagner mieux”, explique à IPS, Théodore N’da, ingénieur agronome spécialiste de l’anacarde dans la région de Bondoukou. A ce jour, la transformation locale pour cette unité industrielle de Sépingo, est consacrée à la production de noix de cajou grillées au four, sans sel ou sans huile pour la consommation. Une autre partie est livrée aux entreprises de fabrication de produits cosmétiques à Abidjan, tandis qu’une bonne quantité est exportée vers les pays d’Asie. “Il y a des opportunités pour la transformation de la pomme de cajou en vin, en jus et autres liqueurs qui ne sont pas fortement exploitées”, déplore Sounkalo Traoré, un économiste basé à Abidjan. “Même sans grands moyens, des coopératives locales développent la filière jus. Mais elles ont besoin d’être plus soutenues financièrement pour être très rentables”. L'anacardier est un arbre particulièrement adapté aux conditions soudano-sahéliennes, selon des experts. Il protège les sols affectés par la sécheresse et cohabite parfaitement avec les cultures vivrières des villageois. La cueillette de la noix de cajou (deuxième culture du nord de la Côte d’Ivoire après le coton) procurait un revenu complémentaire aux productions traditionnelles en période de soudure. “Désormais, cette culture constitue une mine d’or pour nos populations (la filière emploie plus de 100.000 producteurs et nourrit 1,5 million de personnes). Surtout que la filière coton connaît depuis quelque temps des difficultés”, ajoute N’da. En 2009, la Côte d’Ivoire est devenue le deuxième pays producteur mondial de noix de cajou avec 350.000 tonnes devant le Vietnam et derrière l'Inde, pour un chiffre d’affaires avoisinant les 100 milliards FCFA (environ 208 millions de dollars). Toutefois, les cinq usines que compte le pays, transforment seulement 10.500 tonnes, soit trois pour cent de la production totale. “Le reste de la production est cédée brute vers l’Inde et le Vietnam et cela constitue un manque à gagner énorme pour la culture de l’anacarde”, regrette Gaoussou Touré, président de l’Association pour le développement de la filière cajou africaine. “D’ici à 2016, nous voulons atteindre les 20 pour cent (dans la transformation). Mais il faut que l’activité soit valorisée”, souligne-t-il à IPS. Touré propose, entre autres, l’exonération totale des droits et taxes d’entrée et de la taxe sur valeur ajoutée sur le matériel d’usine ainsi que sur le matériel de construction et sur les intrants, l’exonération de l’impôt foncier sur cinq à 10 ans, et l’incitation à la consommation locale des produits dérivés de la noix de cajou. Toutefois, selon des analystes, la filière anacarde en Côte d’Ivoire devra aussi mettre un terme aux crises récurrentes auxquelles elle est confrontée en général à la veille des différentes campagnes agricoles. Ces crises portent notamment sur la fixation des prix d’achat aux différentes étapes de la vente. Pour la campagne 2010, le prix d’achat bord champ est de 170 FCFA (0,35 dollar); 180 FCFA (0,37 dollar) au magasin; et 222 FCFA (0,46 dollar) au port. Ces prix ont été rejetés dans un premier temps par les producteurs qui estimaient n’avoir pas été associés à leur fixation. Ce qui a conduit à un bras de fer momentané entre producteurs et structures de gestion de la filière.

BONDOUKOU : 15 hectares pour des usines de transformation d’anacarde

Présentant les opportunités d’investissements dans la filière anacarde lors du forum économique ivoiro-vietnamien, le directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde a annoncé l’aménagement d’un terrain de 15 ha à Bondoukou. Le site accueillera des unités de transformation de noix brutes de cajou, selon Adama Coulibaly. Une décision qui fait suite à la volonté de l’État d’accroître le taux national de transformation du produit. La Côte d’Ivoire ne lésine pas sur les moyens d’y parvenir. Une série de mesures ont été prises. Outre le Salon international des équipements et des technologies de transformation de l’anacarde (SIETTA) – rendez-vous de tous les acteurs de la chaîne des valeurs du secteur cajou –, le pays permet aux transformateurs locaux d’acheter directement aux paysans les noix brutes. Ce qui n’est pas permis aux exportateurs. De la présentation faite par le directeur général, il est aussi ressorti les efforts entrepris pour l’amélioration de la production. Les recherches ont permis la découverte de 3 variétés d’anacardier. Chacune d’elles pouvant avoir un rendement de 2 tonnes à l’hectare. Dans chaque grande zone de production, il est prévu la construction d’entrepôts de stockage. En plus, le Conseil du coton et de l’anacarde apportera un soutien aux usines locales pour leur faciliter l’approvisionnement en matières premières. Le secteur anacarde intéresse les hommes d’affaires vietnamiens. À noter que la Côte d’Ivoire est 2ème partenaire commercial du Viêt-nam en Afrique. Depuis 2016, ce pays asiatique est 1er partenaire au niveau de la noix de cajou, devant l’Inde et le Brésil. Les exportations de la Côte d’Ivoire vers le Viêt-nam sont de 390.978 tonnes (plus de la moitié de la production ivoirienne d’anacarde). « Ce volume ne suffit pas à combler nos besoins », a affirmé le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères, Vu Hong Nam, chef de délégation. Les énormes besoins du Viêt-nam en amandes, une opportunité dont devrait se saisir la Côte d’Ivoire (premier producteur mondial d’anacarde) pour capter des capitaux du géant asiatique et donner un coup d’accélérateur à la transformation. « Venez en Côte d’Ivoire, vous qui avez la technique de la transformation ! Venez ouvrir des magasins pour être plus proche du futur plus grand marché de la transformation des noix de cajou ! », a lancé Adama Coulibaly à l’endroit de la forte délégation d’investisseurs vietnamiens. Même appel, quelques instants plutôt, de Souleymane Diarrassouba (ministre du Commerce et des PME), qui a ouvert le forum économique tenu à la Chambre de commerce et d’industrie.

Les acteurs de la filière anacarde de Bondoukou sensibilisés sur l’exportation illicite du cajou.

Le directeur de la commercialisation du Conseil coton-anacarde (CCA), Doumbia Mamadou a sensibilisé les acteurs de la filière anacarde sur l’exportation illicite de la noix de cajou vers les pays limitrophes, lors d’un atelier régional, mercredi, à Bondoukou (Nord-est, région du Gontougo).
Selon M. Doumbia, la production commercialisée de la noix de cajou en 2014 à Bondoukou était estimée à plus de 136 000 tonnes contre près de 17 000 tonnes en 2019, soit une baisse évolutive de près de 12 000 tonnes, « chiffre qui exprime une fuite massive de la noix de cajou vers les pays limitrophes », a-t-il fait remarquer.
Il a souligné que ce trafic illicite fait perdre plusieurs milliards F CFA à l’Etat de Côte d’Ivoire et empêche le Gouvernement de mettre en place des plans de développement afin d’améliorer les conditions de vie des populations vivant principalement dans ces zones de culture d’anacarde.
Le directeur de la commercialisation du Conseil coton-anacarde a salué les initiatives de l’Etat visant à juguler ce fléau. Il s’agit, entre autres, du transport de la noix de cajou exclusivement vers les ports et les usines de transformation et l’interdiction des remontées des camions de noix de cajou et des cargaison refoulées à l’entrée des magasins portuaires ou des usines de transformation vers les zones frontalières.
M. Doumbia a appelé au civisme des producteurs pour s’ériger contre le trafic illicite de la noix de cajou en refusant de vendre leur produit à des acheteurs non agrées et en réclamant le reçu d’achat après chaque vente.
En janvier et février, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani avait entrepris une vaste tournée dans la région du Gontougo afin de sensibiliser les producteurs contre la fuite de l’anacarde vers les pays limitrophes.
Usine anacarde bondoukou_CIV_9
Usine anacarde bondoukou_CIV_11
Usine anacarde bondoukou_CIV_3
Usine anacarde bondoukou_CIV_2
Verified by MonsterInsights